•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grande série

L’aventure – L’héritage grec

Accueil - L’aventure – L’héritage grec

Animée par Robert Blondin et diffusée à la radio de Radio-Canada de 1987 à 1997, l'émission L'aventure a marqué son époque. Le concept était fort simple : un animateur reçoit un seul invité pour parler d'un seul sujet. Ce dernier pouvait s'étendre sur plusieurs émissions, permettant ainsi un traitement en profondeur, peu commun. Dans cette série de cinq émissions, l'animateur et son invité, le professeur de philosophie Georges Leroux, s'intéressent à l'héritage que nous a laissé la civilisation de la Grèce antique.

Série diffusée en décembre 1995

Épisodes

  • « Le nom le plus important, c’est Clisthène. C’est lui qui va établir une répartition territoriale du vote, en 508  avant Jésus-Christ», raconte le professeur de philosophie Georges Leroux. Il retrace les fondements de la démocratie, symbolisée au 6e siècle par l'Agora au pied de l'Acropole, ce lieu de rassemblement public où le peuple peut enfin s'exprimer.

    L’aventure – L’héritage grec26 juillet 2016
    Avec : Robert Blondin (animateur et réalisateur), Céline-Marie Bouchard (présentatrice), Georges Leroux (collaborateur)
  • L’héritage de la religion grecque dans notre société est très profond, souligne le professeur de philosophie Georges Leroux. Il explique comment fut transmise la représentation d'un Dieu qui nous ressemble, une culture inspirée du Panthéon, avec ses dieux et ses divinités structurés comme une famille. Ce qu'il en reste aujourd'hui est le symbole religieux du temple comme lieu de résidence de la divinité.

    L’aventure – L’héritage grec26 juillet 2016
    Avec : Robert Blondin (animateur et réalisateur), Céline-Marie Bouchard (présentatrice), Georges Leroux (collaborateur)
  • Le professeur de philosophie Georges Leroux retrace l'avènement de la rationalité qui s'inscrit comme une suite logique à celui de l'écriture. La formation de cette nouvelle culture sonnera la fin de la culture de l'oralité, qui déterminait l'existence de la civilisation mycénienne. Le texte devient alors public, son autorité pourra être discutée, son interprétation, communiquée et transmise. La communauté politique grecque va se mettre à la recherche de son identité; le mythe fera place à la réalité et c'est désormais la raison qui fait de notre monde ce qu'il est.

    L’aventure – L’héritage grec26 juillet 2016
    Avec : Robert Blondin (animateur et réalisateur), Céline-Marie Bouchard (présentatrice), Georges Leroux (collaborateur)
  • « Toutes les cultures font ce chemin, de l’épopée vers le théâtre », explique Georges Leroux. Il s’intéresse à la tragédie grecque par le biais du fondement des textes de trois grands tragédiens de la Grèce antique : Eschyle, Sophocle et Euripide. Eschyle n'accepte pas que la faute soit humaine. À l'inverse, Sophocle libère ses héros de la fatalité des dieux. Quant à Euripide, il ne croit pas que l'ambivalence de ses héros mérite qu'on s'y intéresse.

    L’aventure – L’héritage grec26 juillet 2016
    Avec : Robert Blondin (animateur et réalisateur), Céline-Marie Bouchard (présentatrice), Georges Leroux (collaborateur)
  • La vision grecque du monde, contrairement à celle du christianisme, est qu’elle n’est pas inscrite dans le temps. Les Grecs contemplaient l’éternité en y voyant les conditions de sa propre nécessité. Tout étant nécessaire, nulle obligation de changer les choses. L’idée de progrès était donc absente de leur conception du monde. Le professeur de philosophie Georges Leroux retrace l'origine du progrès dans la Grèce antique par le biais de concepts philosophiques.

    L’aventure – L’héritage grec26 juillet 2016
    Avec : Robert Blondin (animateur et réalisateur), Céline-Marie Bouchard (présentatrice), Georges Leroux (collaborateur)

Vous aimerez aussi

  • Chants de liberté

  • L’amour en série

  • L'appel du Nord