Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Pierre Girard
Audio fil du mardi 23 octobre 2018

Saguenay : l’augmentation des tarifs pour les équipements sportifs critiquée

Publié le

Des nageurs dans la piscine du Cégep de Jonquière
Des nageurs dans la piscine du Cégep de Jonquière   Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

Un professeur de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) croit que Saguenay devrait réduire les tarifs pour l'accès aux équipements sportifs plutôt que les augmenter.

En entrevue à l’émission Y’a des matins, Nicholas Bussières a réagi aux récentes déclarations du conseiller municipal Michel Potvin. Sur nos ondes, celui-ci a proposé d'augmenter les tarifs des nageurs pour l'accès aux piscines et aux skieurs pour l’accès au parc Rivière-du-Moulin.

Des hommes en ski de fond dans un sentier
Le groupe de skieurs s'entraîne presque tous les jours au Centre plein air Bec-Scie pendant l'hiver. Photo : Radio-Canada

Dans une lettre publiée dans les médias, Nicolas Bussières rappelle que la hausse des tarifs est un frein à la pratique régulière du sport. Il ajoute que les recherches démontrent que les municipalités, en plus de réduire les tarifs, devraient embaucher plus de personnel pour conseiller les sportifs.

À partir du moment où on sait que la population active est moins souvent à l’hôpital, que les problèmes de santé sont moins importants, par défaut, on récupère un peu théoriquement cet argent-là, explique le professeur en éducation physique.

C’est vraiment un choix que les municipalités doivent faire pour que les gens soient actifs.

Nicholas Bussières, professeur d'éducation physique à l'UQAC

Nicholas Bussières se dit conscient que les équipements sportifs coûtent cher, mais il croit qu’il s’agit d’un service important que doivent offrir les municipalités. C’est un choix de société, conclut-il.

Chargement en cours