Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Pierre Girard
Audio fil du jeudi 11 octobre 2018

Desbiens tente toujours de séduire des producteurs de cannabis

Publié le

Une feuille de cannabis de type sativa avec un éclairage au néon comme arrière-plan
Une feuille de cannabis de type sativa   Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Les démarches de la municipalité de Desbiens pour attirer sur son territoire des producteurs de cannabis semblent plus complexes que prévu.

Un texte de Vicky Boutin

En entrevue à l’émission Y’a des matins, le maire Nicolas Martel a confié que les discussions amorcées au cours des derniers mois avec les principaux joueurs à l’échelle canadienne n’ont encore rien donné de concret. Les entreprises visées ont été sollicitées de nouveau ou le seront dans les prochains jours. Le maire est loin de lancer la serviette.

On va sûrement arriver à des résultats en temps et lieu.

Nicolas Martel, maire de Desbiens

Desbiens souhaite séduire l’une de ces entreprises dans le but d’implanter des serres de culture de cannabis et une usine de transformation.

Les deux hommes devant un champ
Éric Dufour, vice-président régional de Raymond Chabot Grant Thornton et le maire de Desbiens, Nicolas Martel. Photo : Radio-Canada/Priscilla Plamondon Lalancette

En juin, Desbiens a mandaté la firme Raymond Chabot Grant Thornton afin d’évaluer les opportunités d’affaires. La municipalité maintient avoir tout ce qu’il faut pour atteindre son objectif grâce notamment à la disponibilité de terres agricoles, d’un approvisionnement en eau et à des avantages énergétiques.

La petite municipalité du Lac-Saint-Jean n’est cependant pas la seule à avoir le même souhait : d’autres villes du Québec essaient aussi de tirer leur épingle du jeu.

Le maire Nicolas Martel est personnellement contre la légalisation du cannabis, mais comme la loi est adoptée, il veut plutôt en tirer profit et réinvestir dans la prévention.

Chargement en cours