•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y a des matins

Cette émission n'est plus à l'antenne. Elle est remplacée par C'est jamais pareil.

Élection dans Chicoutimi-Le Fjord : Richard Martel en politique pour gagner

Audio fil du mardi 5 juin 2018
Richard Martel devant un micro

Le candidat conservateur Richard Martel en entrevue

Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

Le candidat conservateur à l'élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, souhaite défendre les dossiers importants de la région. Il a mis ses priorités de l'avant à l'émission Y'a des matins qui donne la parole cette semaine à tous les candidats.

L’ancien entraîneur des Saguenéens a commencé sa campagne en décembre dernier après avoir été approché par le Parti conservateur. La politique a toujours intéressé le candidat.

« Ce qui m’a fait dire oui, c’est que je me suis aperçu quand même que je suis très régional. J’aime beaucoup la circonscription. Les gens m’ont donné beaucoup beaucoup à Chicoutimi dans mon autre carrière, lorsque j’étais coach, et aujourd’hui je veux vraiment leur redonner à eux. »

Richard Martel estime que le Parti conservateur a apporté de bonnes choses pour la région lorsqu’il était au pouvoir.

« [Les conservateurs] ont donné aussi beaucoup d’argent à la région puis c’est la gestion du budget, ils ont bien géré le pays. La dette n’a pas été exagérée lorsqu’ils étaient au pouvoir. C’est un parti qui a toujours été bon pour les PME, pour le développement économique en région. »

Dossiers et priorités

Il croit que le gouvernement a tardé à déclencher l’élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord depuis la démission du député libéral Denis Lemieux.

Richard Martel estime que plusieurs dossiers régionaux ont été mis sur la glace.

C’est décevant pour les enjeux de la région, alors il y a des dossiers qui ont traîné pendant ce temps-là.

Richard Martel, candidat conservateur

Même si sous le gouvernement Harper le projet de douanes à Bagotville n’a jamais vu le jour, Richard Martel compte avoir une oreille attentive sur ce projet s’il est élu.

« C’est un dossier qu’il faut regarder intelligemment. Je pense que dans un avenir rapproché, moyen ou lointain, c’est une chose possible d’avoir ça, mais avant, il faut avoir des agrandissements à l’aéroport, il faut la mettre aux normes alors il y a tout ça qu’il faut regarder. »

Pour ce qui est de la légalisation prochaine du cannabis, il s’y oppose fermement.

« Moi je suis contre parce que j’ai dirigé des équipes de hockey, j’ai travaillé avec des jeunes, j’ai enseigné aussi, alors c’est certain que ce n’est pas dans moi. »

Il croit qu’il faut miser sur des projets d’envergure comme celui de la mine d’apatite d’Arianne Phosphate pour attirer des jeunes en région.

« Il faut quelqu’un qui les aide dans ce projet là, les accompagne parce que le développement économique en région c’est la clé. La courbe démographique est en baisse et ensuite nous on veut ramener de la job, on veut ramener des jeunes. Alors ce sont des projets important pour nous. »

Et pour ce qui est de ses chances de gagner, le candidat compte mettre les bouchées doubles pour remporter l’élection.

Ça va bien et moi je me suis envoyé en politique pour gagner.

Richard Martel, candidat conservateur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !