Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Pierre Girard
Audio fil du mercredi 16 mai 2018

Le projet de parc éolien Val-Éo pourrait passer de 10 à 6 éoliennes

Publié le

Éolienne
Éolienne   Photo : Radio-Canada

Le projet de parc éolien sur la plaine d'Hébertville subit un autre changement. La coopérative Val-Éo, qui gère le projet, étudie la possibilité d'installer six éoliennes au lieu de dix comme le prévoyait le plan initial.

« Dans tous les cas, le contrat qu’on a avec Hydro-Québec est pour produire 24 mégawatts. Alors, il faut diviser 24 par le nombre de mégawatts par machine », rappelle d’emblée le directeur général de la coopérative Val-Éo, Patrick Côté

Les deux options demeurent toutefois sur la table, mais Val-Éo doit tenir compte de l’évolution de la technologie depuis le début de son projet.

C'est d’ailleurs puisque la technologie a bien changé que le fabircant des éoliennes a proposé d'autres options à la coopérative.

Les nouvelles éoliennes sont beaucoup plus puissantes. Elles feraient aussi moins de bruit. De plus, si le choix de la compagnie s’arrête sur les six éoliennes au lieu de dix, le fait qu’elles occupent six emplacements aurait un moins grand impact sur l'environnement selon le directeur général de Val-Éo, Patrick Côté.

« Les emplacements des éoliennes demeurent exactement les mêmes. On retire seulement certains emplacements. Ceux qui restent, on ne les déplace pas », précise Patrick Côté.

Des délais plus longs?

Le directeur général de Val-Éo assure que même si le projet change, les délais de construction ne seront pas prolongés.

Les éoliennes devraient être commandées cet automne et le chantier de construction du parc devrait débuter au printemps 2019.

Si le projet de six éoliennes va de l’avant, le temps de construction risque d’être moins long et le chantier devrait coûter moins cher, selon Patrick Côté.

Cela permettrait d’ailleurs d’augmenter les redevances aux différentes municipalités impliquées dans le projet.

Chargement en cours