Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Pierre Girard
Audio fil du mardi 24 avril 2018

Le joueur international de pétanque Jean Langlais se réjouit de la venue du Championnat mondial à Desbiens

Publié le

Des boules de pétanque dans le sable.
Des boules de pétanque dans le sable.   Photo : iStock

Le Canada devrait faire bonne figure au 48e Championnat mondial de pétanque, qui se tiendra à Desbiens en septembre. Du moins, c'est ce que pense Jean Langlais, un passionné de pétanque de Roberval, qui a lui-même participé à ce tournoi international à deux reprises.

Il affirme en souriant que la pétanque a la réputation d'être un sport réservé aux « petits vieux ».

Il précise toutefois qu'il existe une bonne différence de calibre entre la pétanque amicale et celle de compétition.

Les pays comme la France prennent ce sport très au sérieux, explique-t-il.

« Moi, j’invite tout le monde à venir voir ça au mois de septembre. Quand vous allez voir la France arriver sur un terrain, qu’ils ont leur propre médecin, leur propre psychologue ! Ils sont au régime pendant tout le temps du Championnat du monde. Ils ne peuvent pas manger n’importe quoi. C’est vraiment l’élite de la pétanque », raconte-t-il.

Le Canada ne se débrouille pas si mal, selon lui. Il se classe environ au 10e rang sur une cinquantaine de pays.

« On se tient malgré tout dans les 10 premiers pays dans les 48. Mais quand tu parles de la France et de Madagascar et tous ces pays-là qui eux jouent à la pétanque. Il y en a qui sont payés pour le faire. Ça ne peut pas être le même calibre de jeu. Ils jouent 12 mois par année dehors. Nous, on joue 4 mois. »

M. Langlais nous apprend aussi que la pétanque pourrait devenir un sport de démonstration olympique aux jeux de 2024.

Chargement en cours