•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y a des matins

Cette émission n'est plus à l'antenne. Elle est remplacée par C'est jamais pareil.

Congés parentaux pris sur 2 ans, un défi pour les entreprises

Audio fil du vendredi 2 février 2018
Les pieds d'un bébé sont posés dans la main d'une personne. Les petits pieds et la main sont très bien éclairés.

Les pieds d'un bébé sont posés dans la main d'une personne.

Photo : iStock / Liudmila Fadzeyeva

L'annonce de Québec sur la possibilité d'étaler les congés parentaux sur une période de deux ans pourrait causer bien des maux de tête aux employeurs qui peinent souvent à trouver de la main-d'œuvre.

Le gouvernement entend modifier le Régime québécois d'assurance parentale pour fournir davantage de flexibilité aux parents, mais aussi aux employeurs, dans la gestion des congés de maternité et de paternité.

Cette modification vise à permettre aux parents de scinder leurs congés parentaux pour les étaler sur une période de deux ans.

Bien que cette nouvelle réjouisse les familles, les entreprises, elles, pourraient s’y opposer croit Me Sylvain Bouchard, avocat spécialisé en droit du travail au cabinet Gauthier – Bédard.

Je suis convaincu que le patronat va se lever au Québec pour faire entendre sa voix.

Me Sylvain Bouchard, avocat spécialisé en droit du travail

« D’après moi, les difficultés qui vont être soulevées par les employeurs, ce sont des difficultés de remplacement. C’est sûr et certain qu’un congé, ça signifie recruter des remplaçants. Actuellement, les remplaçants, ça ne court pas les rues », ajoute-t-il.

Le gouvernement compte multiplier, d'ici la fin de son mandat, les gestes pour faciliter la vie des familles. Il pourrait être question, entre autres, du réaménagement des congés pour absence familiale, s’absenter pour veiller sur un proche ou un enfant.

« Le principal frein des employeurs pour octroyer des congés aux tables de négociation présentement, c’est leur capacité de remplacement. C’est un sujet très sensible », affirme Me Bouchard.

Puisqu'aucun projet de loi n'a été déposé pour le moment, les détails de ces mesures ne sont pas encore connus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !