Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Frederic Tremblay
Audio fil du mardi 22 août 2017

Michel Roche refuse d’enseigner l’anglais à un joueur des Sags

Publié le

Le professeur de l'UQAC Michel Roche
Le professeur de l'UQAC Michel Roche   Photo : Radio-Canada

Un enseignant de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), Michel Roche, critique l'usage de l'anglais dans le vestiaire des Saguenéens de Chicoutimi.

Le professeur spécialisé en politique russe a été approché par l'organisation de l’équipe afin d’enseigner l'anglais à Vladislav Kotkov, un jeune joueur russe de 17 ans recruté par les Sags. Il a refusé la proposition pour des raisons politiques. Il aurait accepté de lui enseigner le français, mais pas l'anglais.

40 ans après la Charte de la langue française, du point de vue symbolique, ça constitue pour moi un recul assez considérable.

Michel Roche, professeur

Il ne comprend pas pourquoi il faudrait enseigner l'anglais à des joueurs qui évoluent dans une ville et une ligue de hockey francophone. Michel Roche y voit un recul considérable pour le français.

« Ça m’a rappelé une certaine période où il suffisait de quelques personnes anglophones, voire même une seule personne anglophone dans un conseil d’administration quelconque, pour que tout le monde au Québec se mette à l’anglais », a expliqué M. Roche en entrevue à l’émission Y’a des matins.

Le professeur rappelle que dans la ligue professionnelle de hockey russe, la KHL, les joueurs parlent russe dans le vestiaire, peu importe leur origine ou leur nationalité. Il croit que le français devrait primer dans les vestiaires québécois.

En entrevue lundi, l’entraîneur-chef Yannick Jean affirmait plutôt y voir une belle opportunité pour aider la carrière de ces jeunes joueurs puisque l’anglais est la langue du hockey en Amérique du Nord.

Chargement en cours