Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Frederic Tremblay
Audio fil du jeudi 22 août 2019

Un projet photo unique de La caravane du bonheur présenté à Alma

Publié le

La caravane du bonheur.
La caravane du bonheur de la photographe Nath. B ne passe pas inaperçue!   Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

La caravane du bonheur s'arrête à Alma. Le flamboyant autobus rose arrive en ville avec un projet de photographie unique qui propose de voir Alma sous un autre angle.

Le produit final de ce projet sera officiellement lancé jeudi soir au centre-ville en marge des activités du festival Tam Tam Macadam.

La caravane du bonheur, menée par la photographe Nathalie Bergeron (Nath.B), est un organisme sans but lucratif qui utilise la photographie comme outil d’intervention et de mobilisation.

Un apprentissage artistique

Des jeunes de huit à douze ans ont été invités cet été à croquer des images de leur ville en s’inspirant de leur propre vision. Certains étaient en situation d’itinérance ou issus de l’immigration. Leurs photographies témoignent de leur regard particulier.

Un enfant de huit ans qui mesure deux ou trois pieds versus un adulte de six pieds, on ne regarde pas les choses de la même façon.

Nathalie Bergeron, photographe et initiatrice du projet
Nathalie Bergeron en studio.
La photographe Nathalie Bergeron (Nath.B) en entrevue. Photo : Radio-Canada

La photographe Nathalie Bergeron est éblouie par les résultats. On y voit des paysages différents, des membres de leur famille ou des amis. La photographe, qui est aussi travailleuse sociale de formation, assure que l’expérience a permis des rencontres inespérées.

J’aime bien faire des rencontres improbables, permettre à des gens de s’exprimer différemment.

Nathalie Bergeron, photographe et initiatrice du projet

Pour mener à terme son idée, la femme de Sorel a collaboré avec l’Atelier IQ, des travailleurs de rue et une slameuse de la région.

Le projet sera réalisé dans d’autres villes québécoises, mais c’est à Alma qu’il prend son envol.

Chargement en cours