Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Pierre Girard
Audio fil du mercredi 15 mai 2019

Consommation de cannabis dans les lieux publics: pas de changement en vue à Saguenay

Publié le

Des feuilles d'un plant de cannabis dans une serre
Saguenay n'entend pas revoir sa réglementation sur le cannabis à court terme.   Photo : Radio-Canada / La semaine verte

Malgré l'intention du gouvernement provincial de jeter du lest dans le dossier du cannabis en laissant les Québécois en fumer dans certains endroits publics, Saguenay n'entend pas revoir son règlement pour l'instant.

La nouvelle position de Québec entre en contradiction avec des règlements qui prévalent dans certaines villes comme Saguenay, où il est actuellement interdit de fumer du cannabis dans des endroits comme des parcs.

Cette situation n’est pas appelée à évoluer dans un avenir rapproché, si l'on se fie aux propos du conseiller municipal et président de la commission de la sécurité publique, Kevin Armstrong.

En entrevue à l’émission Y’a des matins mercredi, il a insisté sur le fait que la récente volte-face du gouvernement du Québec n’a pas d’incidence immédiate à Saguenay.

Il faut rappeler aux gens que ça ne change absolument rien ici, a-t-il martelé.

Une réglementation efficace

M. Armstrong a ajouté qu’ il n’y a pas lieu de modifier le cadre réglementaire puisqu’il donne les résultats escomptés pour le moment.

Les objectifs sont de maintenir le vivre-ensemble et d’assurer la sécurité des citoyens. Il y a très peu de plaintes et de constats qui sont émis par rapport à cette réglementation. Si ça va bien, pourquoi faudrait-il changer la réglementation?, s'est questionné l'élu.

Toutefois, Kevin Armstrong a assuré que si la situation évoluait, les élus de Saguenay feraient preuve d’ouverture et modifieraient la réglementation.

S’il y a des citoyens qui en font la demande, si on constate qu’il y a une mobilisation ou qu’il y a une problématique d’application sur le terrain, bien, on interviendra à ce moment-là, a indiqué Kevin Armstrong.

Du même souffle, il a reconnu que la réglementation pourrait éventuellement devoir changer lorsque le gouvernement provincial adoptera officiellement une loi pour encadrer la consommation de cannabis.

On analysera à ce moment-là [s’il y a lieu de passer à l’action], a-t-il conclu.

Chargement en cours