Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Pierre Girard
Audio fil du jeudi 17 janvier 2019

Ceinture de sécurité en autobus scolaire : de la gestion et des coûts de plus

Publié le

Un autobus scolaire accidenté
Un autobus scolaire a fait une sortie de route à La Présentation, en Montérégie, en février 2017.   Photo : Radio-Canada

Le transporteur saguenéen Intercar est prêt à se soumettre à une éventuelle obligation de munir ses autobus scolaires de ceintures de sécurité, mais le président se demande si l'investissement en vaut la peine.

En entrevue à l’émission Y’a des matins, Hugo Gilbert a réagi à la réflexion qui est en cours au gouvernement fédéral.

Il assure que la sécurité est la valeur première de son entreprise, mais il n’est pas convaincu que le port obligatoire de la ceinture aura un impact significatif.

Quand on regarde notre bilan routier, depuis 1986, il n’y a eu aucun décès de jeunes à bord des autobus scolaires. Quand on a des impacts, c’est souvent le véhicule du tiers. La ceinture c’est surtout lors de tonneaux, explique-t-il.

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, considère toutefois l’ajout des ceintures de sécurité comme un projet « urgent » et compte aborder la question avec les ministres provinciaux des Transports la semaine prochaine.

Coûts supplémentaires

Selon les estimations, les frais associés à l’ajout de ceinture de sécurité correspondent à environ 10 % du prix d’un autobus scolaire, soit 12 000 $.

Pour ajouter des ceintures dans un autobus existant, la facture peut grimper à 20 000 $.

Le président d’Intercar soutient que son entreprise suivra la loi, peu importe le prix, mais soutient qu’il faudra peut-être rouvrir les contrats avec les commissions scolaires pour refléter le nouveau poids financier.

Hugo Gilbert ajoute qu’il faut aussi penser à la façon dont les chauffeurs pourront s’assurer que les enfants sont bien attachés.

C’est une complication qui va amener plus de sécurité, mais qui va être une gestion supplémentaire pour le chauffeur.

Hugo Gilbert, président Intercar

Il invite le gouvernement à examiner le dossier dans son ensemble pour prendre une décision éclairée.

Chargement en cours