•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y a des matins

Y a des matins

Cette émission n'est plus à l'antenne. Elle est remplacée par C'est jamais pareil.

Les humeurs de Rosalie

Description

La chroniqueuse Rosalie Dumais-Beaulieu livre ses réflexions sur des sujets du quotidien.

Liste des sujets

  • Les humeurs de Rosalie sur la santé psychologique des étudiants universitaires

    Une nouvelle est sortie il y a près d'un mois dans les médias. C'était le résultat d'un sondage réalisé par la firme Léger pour l'Union étudiante du Québec portant sur la santé psychologique des étudiants universitaires. Sur les 24 000 personnes qui ont répondu au sondage l'année dernière, 58 % d'entre elles ont indiqué souffrir de détresse. Un étudiant sur cinq présente des symptômes dépressifs.

  • Les humeurs de Rosalie et les solutions de rechange au Vendredi fou

    C'est le fameux Vendredi fou, une autre journée de plus dans l'année où les magasins nous aiment tellement qu'ils nous font des cadeaux. Une autre journée à drainer une boîte courriel inondée de petits codes promotionnels qui nous font sentir spéciaux.

  • Les humeurs de Rosalie : chercher le doux dans la rudesse de novembre

    Cette semaine, on a changé l'heure. Ça m'a tellement fait du bien de dormir une heure de plus! On dirait que cette toute petite chose de rien du tout a changé mon attitude pour toute la journée.

  • Les humeurs de Rosalie et ses idées pour aider l’industrie musicale

    Pour une fois, ce qu'on retient du gala l'ADISQ de dimanche dernier, ce n'est pas le fait qu'il y en avait un en coton ouaté. Cette fois, il n'y a même pas un seul geste déplacé qui s'est invité. J'ai même l'impression qu'on a peu retenu le nom des gagnants de l'année. Celui qui a pris toute la place, c'est Pierre Lapointe.

  • Les humeurs de Rosalie et le plaisir de courir sans chronomètre

    J'ai participé au demi-marathon de Québec. Quand je courais, j'écoutais les gens discuter. Plusieurs parlaient de leur chrono. Certains se vantaient d'à quel point ils ne se s'étaient pas tant entrainés, comme si courir 21 kilomètres était une affaire de rien pantoute. D'autres regardaient leur montre aux deux secondes pour vérifier que tout allait bien pour leur cadence.

  • Les humeurs de Rosalie sur l’importance de l’éducation politique

    À quelques jours du vote, vous sentez-vous perdus dans la campagne électorale? Regardez-vous la parade défiler avec les yeux pleins de points d'interrogation? Peut-être que certains iront voter pour des idées, alors que d'autres n'auront pas les outils nécessaires pour creuser aussi loin. Certains gratteront seulement la surface, collant un X à côté d'un prénom ou d'un visage qu'ils trouvent sympathique. Plusieurs personnes en viennent à ne rien comprendre à la joute politique et préfèrent s'en tenir loin et regarder le résultat une fois le spectacle terminé.

  • Les humeurs de Rosalie sur l’insécurité linguistique

    J'ai écouté le documentaire Denise au pays des Francos, dans lequel Denise Bombardier a rencontré les communautés francophones hors Québec. L'an dernier, elle avait affirmé à Tout le monde en parle, que ces communautés étaient quasi inexistantes.

  • Les humeurs de Rosalie et ses prédictions pour 2050

    La semaine passée, lors de la marche mondiale pour le climat, plusieurs jeunes ont été interrogés par les médias sur leur participation à la manifestation. C'est un peu toujours le même discours qu'on entendait : je marche pour mon avenir, je rêve d'un futur meilleur, je marche pour que ça change. C'est une journée de mobilisation historique et je suis certaine qu'on en parlera encore dans plusieurs années. Que seront devenus ces jeunes? Les racines de leurs idées auront-elles germé? Auront-elles grandi, trouvé écho, tombé aux oubliettes, seront-elles absurdes ou visionnaires?

  • Les humeurs de Rosalie sur l’éloge de la lenteur

    La rentrée scolaire est derrière nous et pour la plupart le retour au travail est déjà fait. Habituellement, le mois de septembre est le mois idéal pour se lancer de nouveaux défis pour la prochaine année. À mesure que les jours défilent, les pages d'agenda tournent de plus en plus vite. Sur chaque page, de plus en plus de gribouillis. Les listes se multiplient et se colorient à mesure que les journées raccourcissent. Cette course à la to-do m'épuise. Je commence à peine à le réaliser et j'ai choisi de ralentir avant de trop m'essouffler.