•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Afficher sa résistance francophone sur sa porte d'entrée

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Afficher sa résistance francophone sur sa porte d'entrée

Audio fil du jeudi 6 décembre 2018
Pancarte sur laquelle on peut lire : « 5e génération de résistance  en Ontario».

Allison Daigneault, une résidente de Strathroy, affiche sa fierté franco-ontarienne à l'aide d'une pancarte posée sur sa porte d'entrée.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie Allison Daigneault

Allison Daigneault, une résidente de Strathroy, affiche sa fierté franco-ontarienne à l'aide d'une pancarte posée sur sa porte d'entrée. On peut y lire : « 5e génération de résistance en Ontario ».

Elle a fabriqué la pancarte lors des manifestations du 1er décembre à l'intention de sa fille de deux ans et demi.

Ça fait des générations qu'on lutte pour avoir une université en français. Je souhaite vraiment que ma fille puisse fréquenter une école francophone.

Allison Daigneault, résidente de Strathroy

Pour Allison Daigneault, lutter pour les droits francophones est une histoire de famille. Elle admet être la première de sa lignée à avoir bénéficié d'une éducation en français.

Mon père a été déraciné (...) il est capable de parler en français avec ma fille, mais c'est un Français limité, explique-t-elle.

Elle souhaite que les générations futures puissent également profiter d'une éducation francophone, de l'école élémentaire jusqu'à l'université, sans devoir quitter l'Ontario.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi