Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marjorie April
Audio fil du jeudi 6 décembre 2018

La tourtière, symbole d’identité, d’assimilation et aussi de résistance francophone

Publié le

Une fiche de recette de tourtière avec la liste d'ingrédients en anglais.
Cette fiche de recette familiale partagée par la mère d'Isabelle Bourgeault-Tassé est un témoigne de l'impact du Règlement 17.   Photo : Avec l'autorisation d'Isabelle Bourgeault-Tassé

Isabelle Bourgeault-Tassé a voulu partager des traditions gastronomiques canadiennes-françaises avec une personne de son entourage. En recevant la recette familiale, elle a été confrontée à une conséquence directe du Règlement 17 : une fiche manuscrite avec l'inscription « Tourtière » en grosses lettres et une liste d'ingrédients entièrement en anglais.

Stupéfaite, Isabelle Bougeault-Tassé questionne sa mère afin de savoir pourquoi la recette était dans la langue de Shakespeare.

Elle apprend que sa grand-mère parlait français, mais elle n’avait pas appris à écrire dans sa langue maternelle. Cette recette était en quelque sorte une image concrète du Règlement 17 qui avait interdit l’enseignement du français entre 1912 et 1927.

Part de tourtière présentée dans une assiette avec un peu de salade
Une part de tourtière Photo : getty images/istockphoto/martiapunts

Ça fait en sorte que toutes les recettes familiales qui nous viennent d’elle [sa grand-mère] sont écrites en anglais.

Isabelle Bourgeault-Tassé

Les récentes compressions dans les services en français ont plongé cette Franco-Ontarienne originaire de Sudbury dans des souvenirs et un questionnement sur l’identité culturelle.

Isabelle Bourgeault-Tassé pose avec un drapeau franco-ontarien.
Isabelle Bougeault-Tassé est une Franco-Ontarienne originaire de Sudbury.   Photo : Avec l'autorisation d'Isabelle Bourgeault-Tassé

Isabelle Bougeault-Tassé compte partager sa recette de façon identique, sans traduction à sa nièce, car c’est un document historique qu’il faut léguer à la prochaine génération.

C’est à elle un jour de continuer la lutte et de continuer à se battre pour nos droits.

Isabelle Bourgeault-Tassé

Isabelle Bougeault-Tassé veut s'assurer que sa nièce se souvienne de ses origines et de la lutte de ses ancêtres.

Chargement en cours