•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le visage de la résistance franco-ontarienne est-il « trop blanc »?

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Le visage de la résistance franco-ontarienne est-il « trop blanc »?

Audio fil du mardi 27 novembre 2018
Photo de deux femmes en mosaïque

Fayza Abdallaoui (à g.) et Rachel Décoste

Photo : Radio-Canada/Rachel Décoste

Alors que le mouvement de résistance franco-ontarienne rayonne au-delà des frontières de la province, certains membres des communautés ethnoculturelles de l'Ontario dénoncent l'homogénéité des discours et des porte-parole du mouvement.

Dans les écoles à Toronto, jusqu'à 50 % des élèves sont issus des communautés culturelles., fait remarquer Rachel Décoste, chroniqueuse spécialisée en diversité et multiculturalisme. On est là... mais pourquoi est-ce qu'on n'est pas là lorsque vient de parler du temps des choses qui nous affectent, questionne-t-elle?

Cette dernière rappelle l'importance de l'immigration pour la survie des francophones en Ontario.

Sans l'immigration et les communautés culturelles, la francophonie ontarienne est en chute libre.

Rachel Décoste, chroniqueuse spécialisée en diversité et multiculturalisme

Au-delà des visages, c'est aussi les discours qui importent, renchérit Fayza Abdallaoui, présidente du conseil d'administration du Mouvement ontarien des femmes immigrantes francophones (MOFIF).

Dessin montrant des poings levés en avant du drapeau franco-ontarien.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’AFO demande à ses membres et à tous les francophones de se mobiliser, en vue d’une grande campagne dont les détails restent à venir.

Photo : marckeelanbishop.com

Elle souligne l'importance d'intégrer les réalités et points de vue propres aux immigrants francophones dans le discours collectif.

Les immigrants qui arrivent ici pensent que la réalité de la vie en français est possible dans le quotidien, car c'est le message qu'on leur envoie à l'étranger. En arrivant ici, c'est une autre réalité., soutient Fayza Abdallaoui.

Elle ajoute qu'en tant que femme immigrante et membre du conseil d'administration du MOFIF, ses préoccupations dépassent celles qui sont généralement dépeintes dans les médias.
Je vois aussi les questions économiques et d'accès à l'emploi., dit-elle.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi