Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marjorie April
Audio fil du jeudi 1 novembre 2018

En finir avec les collisions à Toronto

Publié le

Un vélo coincé sous la roue d'une voiture
Depuis le début de l'année, quatre cyclistes et 30 piétons ont perdu la vie après une collision avec une voiture à Toronto   Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Alors que la Ville de Toronto lance une nouvelle campagne de sensibilisation sur la sécurité des piétons et des cyclistes, le bilan d'usagers vulnérables frappés par des voitures continue de s'alourdir dans la Ville Reine.

Depuis le début de l'année, quatre cyclistes et 30 piétons ont perdu la vie après une collision avec une voiture.

La stratégie Vision zéro lancée par la Ville en janvier 2017 est-elle efficace?

Marie-Soleil Cloutier est professeure à l'Institut National de la Recherche scientifique et directrice du Laboratoire Piétons et espace urbain. Elle se porte à la défense du plan de Toronto.

Elle parle de changements radicaux dans le fonctionnement des villes, dont les effets ne sont pas immédiats.

Le plan de Toronto suit les bons principes de Vision zéro, mais ça va prendre un peu de temps pour voir des changements.

Marie-Soleil Cloutier, professeure à l'Institut National de la Recherche scientifique et directrice du Laboratoire Piétons et espace urbain

Selon elle, réduire le bilan des collisions entre automobiles et usagers vulnérables est une combinaison de trois facteurs :

  • l'éducation,
  • l'ingénierie de la route et
  • le contrôle policier.

Selon Marie-Soleil Cloutier, l'objectif « zéro mort » passera également par la réduction du nombre de véhicules sur les routes.

De son côté, Sarah Bradley, représentante à Cycle Toronto, aimerait que la Ville réduise davantage les limites de vitesse dans les quartiers résidentiels.

Son organisme souhaite également que l'on modifie collectivement le langage entourant la sécurité routière, pour parler de « collisions » au lieu « d'accidents ».

Chargement en cours