•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Qui devrait éviter de consommer du cannabis?

Audio fil du lundi 15 octobre 2018
Un individu prépare un joint de marijuana.

Le gouvernement rappelle quelles sont les conditions d'utilisation du cannabis dans une série de messages publicitaires

Photo : Radio-Canada

Si les dangers qui sont associés au cannabis sont souvent banalisés, la consommation de cette substance n'est pas sans risque pour tous.

Le document (Nouvelle fenêtre) sur les directives canadiennes d’usage de cannabis à faible risque présente des informations claires sur les groupes à risque.

Il propose aussi des stratégies que les usagers peuvent adopter afin de réduire le risque de complications.

Dr Bernard Le Foll est clinicien-chercheur au Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto (CAMH). Selon lui, si une personne fait partie d’un groupe à risque, il vaut mieux s’abstenir complètement.

Les groupes à risque

Parmi les groupes à risque, on retrouve les personnes qui ont des antécédents personnels ou familiaux de psychose et de schizophrénie.

Les personnes qui ont de la difficulté à contrôler leur usage de substances ont également un risque accru de développer une dépendance au cannabis.

Quand on examine le nombre de personnes atteintes de schizophrénie, la prévalence est stable depuis plusieurs décennies alors que l’utilisation du cannabis, ainsi que la teneur en THC, a considérablement augmenté.

C’est un argument très rassurant sur le fait que l’exposition au cannabis ne cause pas la schizophrénie.

Dr Bernard Le Foll, clinicien-chercheur au Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto (CAMH)

Par contre, la consommation de cannabis chez les personnes plus vulnérables peut entraîner des symptômes précoces.

Pour ces personnes [à risque], il est important de ne pas s’exposer au cannabis.

Dr Bernard Le Foll, clinicien-chercheur au Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto (CAMH)

L’expert en dépendances croit que la légalisation du cannabis à des fins récréatives ouvrira la porte à de nombreuses possibilités pour les chercheurs en la matière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi