Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marjorie April
Audio fil du mardi 28 août 2018

Les adeptes du roller derby de Hamilton à la recherche d’un nouveau toit

Publié le

Des membres de Hammer City Roller Derby posent devant les portes d'un commerce.
L'équipe Hammer City Roller Derby, de Hamilton est la à la recherche d'un nouvel espace.   Photo : Eileen Reilly

Avec l'été qui achève, les grands espaces intérieurs pour pratiquer le roller derby se font plus rares. Les équipes doivent chercher de nouvelles salles qui pourront les accueillir. C'est le cas de l'équipe Hammer City Roller Derby de Hamilton.

Virginie Corneau St-Hilaire, une des membres de l’équipe affirme que plusieurs ligues en Ontario sont confrontées au même problème. Ces dernières doivent se réinventer chaque année.

Son équipe s’entraînait dans un aréna, mais l’espace sera utilisé pour le hockey à partir de l’automne.

Après avoir passé quelques mois du côté de Caledonia, l’équipe a même loué les locaux d’une ancienne succursale de Target, mais cet espace sera bientôt transformé.

Virigine et ses coéquipières pourraient même se déplacer jusqu'à Burlington, au besoin.

Virginie Corneau-St-Hilaire
Virginie Corneau-St-Hilaire est membre du club Hammer City Roller Derby. Photo : Radio-Canada/Jonathan Bouchard

Un sport de contact

Pour pratiquer le roller derby, il faut un espace d’au moins 8000 pieds carrés (environ 743 m2) exempt de poutres ou de piliers. Le plancher doit idéalement être lisse et en ciment.

Le roller-derby, ce n’est pas vraiment de la course, mais c’est plus un genre de rugby sur roulettes si le ballon était une personne.

Virginie Corneau St-Hilaire, membre Hammer City Roller Derby

Virginie Corneau St-Hilaire explique que c’est un sport majoritairement féminin qui se joue cinq contre cinq.

Quatre des joueuses sont des bloqueuses, la cinquième est une jammeuse (le ballon). Cette dernière effectue des tours de pistes où elle doit passer entre les hanches des joueuses de l’équipe adverse.

Même si le roller derby est un sport de contact, Virginie Corneau St-Hilaire assure que les arbitres ne laissent pas passer de la violence gratuite et la sécurité est au cœur des préoccupations du Hammer City Roller Derby.

Les joueuses se font évaluer en début de saison.

Si on a une blessure, on peut retourner pour se faire évaluer. Nous avons un bon suivi de ce côté-là., explique-t-elle.

Chargement en cours