Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Claudia Hebert
Audio fil du jeudi 14 juin 2018

Une lettre ouverte au président de TFO après les mises à pied

Publié le

La façade d'un immeuble
La façade de l'immeuble du Groupe TFO   Photo : Radio-Canada / Mathieu Simard

Une dizaine de chefs de file de la communauté franco-ontarienne demandent dans une lettre ouverte au président du diffuseur public TFO de « reconsidérer les mises à pied » faites mercredi, particulièrement en ce qui a trait aux journalistes web d'#ONfr.

Au total, 37 postes ont été supprimés à TFO, selon le syndicat Unifor.

Selon la lettre ouverte, « [l’équipe d’#ONfr] est devenue une référence importante en matière de nouvelles portant sur les communautés francophones en situation minoritaire, et tout particulièrement en Ontario français ».

L’un des signataires, le chercheur postdoctoral à l’Université d’Ottawa Martin Normand, affirme en entrevue à Radio-Canada que les coupes de mercredi minent la mission de TFO.

[Le mandat de TFO] est de viser à ce que la communauté francophone de l’Ontario se voit, s’entende, se sente représenter sur les ondes d’une chaîne télé, mais aussi avec toute sa production numérique.

Martin Normand, signataire de la lettre ouverte

De son côté, l’illustrateur Marc Keelan-Bishop réclame carrément le congédiement du président de TFO, Glenn O’Farrell.

Il dénonce la mise à pied de journalistes du réseau public.

C’est comme si le journalisme était un fardeau [pour la direction de TFO].

Marc Keelan-Bishop, illustrateur

M. O’Farrell a refusé les demandes d’entrevue de Radio-Canada.

Chargement en cours