Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marjorie April
Audio fil du vendredi 18 mai 2018

La 2e semaine de campagne électorale vue par Geneviève Tellier

Publié le

Doug Ford, Kathleen Wynne et Andrea Horwath lors du débat
Le débat de lundi était le premier de trois débats télévisés prévus avant le scrutin du 7 juin.   Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Alors qu'une deuxième semaine de campagne électorale se conclut en Ontario, la politologue Geneviève Tellier revient sur les principaux enjeux qui ont fait les manchettes cette semaine.

Sondages

La montée en puissance qu'a connue le NPD, qui est le seul parti à avoir fait des gains dans les sondages, pourrait se poursuivre jusqu'aux élections, croit la politologue de l'Université d'Ottawa. Elle prédit également des pertes du côté des conservateurs.

Il y a encore certains indécis qui pourraient appuyer Mme Horwath.

Geneviève Tellier, politologue, Université d'Ottawa

Énergie

L'annonce de l'augmentation des salaires des dirigeants d'Hydro One a suscité du mécontentement de la part de tous les partis. Cette nouvelle a aussi suscité le mécontentement de la population ontarienne en pointant du doigt le gouvernement de Kathleen Wynne.

Ce dossier-là résume en un événement les quatre dernières années de frustration de la plupart des électeurs vis à vis de Parti libéral. Ce qu'on reproche aux libéraux, c'est de dépenser de l'argent sans faire attention, gaspiller les fonds publics, et de favoriser les amis près du Parti libéral.

Geneviève Tellier, politologue, Université d'Ottawa

Essence

Autre fait saillant : Doug Ford a fait parler de lui en proposant de baisser le prix de l'essence de dix cents le litre s'il est élu.

C'est dans la continuité de ce qu'on avait entendu de M. Ford.

Geneviève Tellier, politologue, Université d'Ottawa

La politologue note toutefois une contradiction dans la politique de transports du chef progressiste-conservateur. D'un côté, il affirme vouloir dépenser davantage dans les transports en commun en Ontario et de l'autre encourager l'utilisation de la voiture en faisant baisser les prix de l'essence.

C'est une contradiction qui s'explique par le fait que c'est la réalité urbaine versus la réalité rurale. Il faut savoir combiner ces deux facteurs.

Geneviève Tellier, politologue, Université d'Ottawa

Chargement en cours