•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Collège Glendon veut maintenir ses programmes en français

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Le Collège Glendon veut maintenir ses programmes en français

Audio fil du mercredi 22 novembre 2017
Photo de Donald Ipperciel dans les locaux de Radio-Canada

Donald Ipperciel, président du Consortium des universités de la francophonie ontarienne (CUFO) et principal du Collège Glendon

Photo : Radio-Canada

Le principal du Collège universitaire Glendon, Donald Ipperciel, défend l'offre des programmes bilingues de son institution. Il affirme que l'établissement et l'Université de l'Ontario français ont deux missions différentes.

Cette sortie survient à la suite de la déclaration commune de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), du Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) et de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO). Ces derniers exigent que l'Université de l'Ontario français reçoive l'exclusivité de l'enseignement universitaire en français à Toronto, dès son ouverture en 2020.

En entrevue à Y a pas deux matins pareils, Donald Ipperciel affirme qu’il y a des étudiants francophones qui préfèrent opter pour une éducation bilingue.

Il y a de la place pour les deux dans un système. Si on va dans un sens contraire, on réduit le choix à nos étudiants. Je ne pense pas que c’est une bonne chose.

Donald Ipperciel, principal, Collège universitaire Glendon

Selon le coprésident du RÉFO, Jocelyn Leblanc, l’exclusivité de l'offre de cours permettrait de résister à l'assimilation de la minorité.

Donald Ipperciel réfute cependant ce point de vue. Selon lui, c’est en quelque sorte « faire la négation de tous les milliers de francophones qu’on a formés ici à Glendon et qu’on continue de former ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi