•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'enseignement du français langue seconde pourrait être modifié dans la région de Durham

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

L'enseignement du français langue seconde pourrait être modifié dans la région de Durham

Rattrapage du mercredi 20 janvier 2021
Des élèves en immersion française

Des élèves en immersion française

Photo : Canadian Parents for french

Une série de recommandations pour une réforme de l'éducation du français dans les écoles du Conseil scolaire public anglais de Durham laisse certains parents perplexes. Les recommandations ont été faites en janvier au terme d'une « révision majeure » des programmes d'immersion française annoncée en mars 2020 et seront présentées aux conseillers scolaires en mars selon le porte-parole Charles Senior.

Les parents avaient jusqu’au 18 janvier pour soumettre des commentaires au sujet des plans du conseil qui consistent, entres autres, à éliminer la maternelle dans les écoles d’immersion avec un régime pédagogique simple (single-track) et à réduire de moitié des heures de cours en français pour les élèves de la première à la troisième année en immersion (cycle primaire).

Présentement, les élèves du cycle primaire en immersion suivent tous leurs cours en français, alors que le gouvernement ontarien exige seulement que 50% de l'enseignement soit dispensé en français.

Des questions chez les parents

Pour Amanda Wilkins, dont le fils est en deuxième année dans une école d'immersion du Conseil scolaire public anglais de Durham, l’éducation entièrement en français a été très bénéfique. Il est presque parfaitement bilingue, dit-elle. Sa fille, qui entrera bientôt en première année, pourrait ne pas bénéficier du même programme.

Je suis un peu inquiète que son parcours dans le programme d’immersion française va être plus difficile, souligne-t-elle.

Le conseil scolaire souhaite aussi réduire le nombre d’enfants qui entrent à l’école en immersion à partir de la première année, ce qui représente une « considération majeure » indique le conseil dans un rapport. Ce ne sont pas toutes les familles qui espèrent avoir accès au programme d’immersion à partir de la première année qui y auront droit, note le conseil.

James Hummel, père de 3 enfants en éducation anglophone, ne pense pas que le programme de français langue seconde soit sur la voie du succès. Selon lui, beaucoup de parents pensent, à tort, que l'éducation que reçoivent les enfants en immersion est supérieure.

En 2020, il avait lancé une pétition s’opposant à une décision du conseil de transformer l’école publique Maple Ridge, à Pickering, en école avec un régime d'enseignement unique. Les élèves qui étudient en anglais auraient du se tourner vers d’autres écoles, alors que Maple Ridge serait devenue une école uniquement d'immersion. Cette décision a été plus tard renversée

Le défi de trouver des enseignants qualifiés

En réduisant les besoins de recrutement, le conseil pourra engager des enseignants du cycle primaire qui sont à l'aise dans les deux langues, explique le conseil dans le rapport détaillant les recommandations.

Le porte-parole du conseil, Charles Senior, affirme toutefois qu’il n’y a pas de plan de réduction du nombre des enseignants, puisque le conseil scolaire cherche à élargir l’accès au programme de français langue seconde.

Le Conseil scolaire public anglais de Durham s'engage à maintenir un programme d’immersion française robuste qui respecte les exigences du Ministère de l’Éducation, justifie Charles Senior.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi