•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hommage au programmateur de cinéma Dimitri Eipides

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Hommage au programmateur de cinéma Dimitri Eipides

Rattrapage du vendredi 15 janvier 2021
Le programmateur du cinéma Dimitri Eipides présente un film lors du festival du film à Thessaloniki.

Le programmateur du cinéma Dimitri Eipides présente un film lors du festival du film à Thessaloniki. Il est décédé le 6 janvier, 2021.

Photo : Ray Pride

Dimitri Eipides, décédé la semaine dernière, a eu un impact sur la scène culturelle torontoise.

Dimitri Eipides, ancien programmateur du TIFF, est décédé la semaine dernière à l'âge de 82 ans à Athènes, en Grèce.

Avant sa retraite il y a quelques années, Dimitri Eipides était l’un des plus grands programmateurs du TIFF.

Entre 1988 et 2018, il a initié les cinéphiles de Toronto aux cinéastes Bela Tarr, Abbas Kiarostami, Mohsen Makhmalbaf, les frères Dardenne et Michael Haneke, pour ne nommer que ceux-là.

Dimitri Eipides, l’un des cofondateurs du Festival du nouveau cinéma à Montréal, a également porté une grande influence sur une génération de programmateurs. Andréa Picard, curatrice de la série Wavelengths du TIFF, lui a rendu un vibrant hommage.

Il était élégant. Il a toujours mis les cinéastes au premier plan. Il a cru en un collectif international de cinéphilie et non pas dans l'égo-manie des festivals.

Andréa Picard, curatrice de la série Wavelengths du TIFF

Les coups de coeur d'un grand programmateur du cinéma

Dimitri Eipides était un grand admirateur des œuvres d’Alexander Sokurov, Bela Tarr, Abbas Kiarostami, Ulrich Seidl, entre autres. Le programmateur Andrei Tanasescu a offert un palmarès des oeuvres préférées de son collègue bien-aimé.

  • 3/4 (d. Ilian Metev, 2017)
  • A Woman Under the Influence (John Cassavetes, 1974)
  • Au Hasard Balthazar (Robert Bresson, 1966)
  • Accatone (Pier Paolo Pasolini, 1961)
  • Boy Eating the Bird’s Food (Ektoras Lygizos, 2012)
  • Damnation (Bela Tarr, 1988)
  • Even Dwarves Started Small (Werner Herzog, 1970)
  • Flaming Creatures (Jack Smith, 1963)
  • Kinetta (Yorgos Lanthimos, 2005)
  • Maborosi (Hirkazu Koreeda, 1995)
  • Where is the Friend’s Home (Abbas Kiarostami, 1987)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi