•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lancement de l’étude COVENANT pour venir en aide aux itinérants

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Lancement de l’étude COVENANT pour venir en aide aux itinérants

Rattrapage du jeudi 10 décembre 2020
Un campement de sans-abri fait de tentes.

Des campements impromptus de sans-abri ont recommencé à voir le jour depuis le début de la pandémie à Toronto.

Photo : Radio-Canada

Le Groupe de travail sur l'immunité face à la COVID-19 lance une étude afin de mieux comprendre et évaluer l'impact du SRAS-CoV-2 au sein de la population itinérante de Toronto.

Selon la Dre Catherine Hankins, coprésidente du Groupe de travail sur l’immunité face à la COVID-19, les personnes qui sont en situation d’itinérance sont vraiment plus à risque de la transmission du SRAS-CoV-2, les refuges représentent un environnement idéal pour ça.

Outre le froid qui les guette, la situation des personnes sans domicile fixe est préoccupante, car, selon cette dernière, elles ont des taux plus élevés de problèmes de santé, en plus, qui les rendent plus à risque d'être atteints d'une forme grave de la Covid-19.

Au cours de cette étude menée par le Dr Stephen Hwang, chercheur principal de l’étude, directeur du MAP Centre for Urban Health Solutions d’Unity Health Toronto, les chercheurs tenteront de dépister des infections actuelles ou antérieures grâce à des tests sur des échantillons de salive et de sang.

Les défis du recrutement

Le recrutement pour l’étude COVENANT débute bientôt, mais vient avec son lot de difficultés.

L'équipe de recherche espère recruter 700 personnes pour les fins de cette étude. Les refuges, les hôtels et les campements ne seront pas ménagés afin d’ approcher au hasard des participants. Le tout dans le respect des mesures sanitaires en place.

La coprésidente du Groupe de travail sur l’immunité face à la COVID-19 cible des entrevues tous les trois mois, mais admet qu’il pourrait être difficile de retrouver les mêmes personnes. Elle croit cependant que la compensation prévue pour chaque entrevue accordée, qui est de 4 0$, pourrait aider à fidéliser les participants,

La Dre Catherine Hankins pense que les données de l’étude vont, entre autres, aider à prioriser les personnes vivant dans l’itinérance.

L’étude lèvera le voile sur l'itinérance à Toronto, mais les conclusions pourront générer des réflexions qui pourront servir dans d'autres villes canadiennes.

Les résultats préliminaires de l’étude COVENANT sont attendus pour le mois de mars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi