•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le reconfinement, un passage obligé, selon une spécialiste des maladies infectieuses

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Le reconfinement, un passage obligé, selon une spécialiste des maladies infectieuses

Rattrapage du lundi 23 novembre 2020
Une femme portant un masque dans la rue à Toronto.

La région de Toronto demeure l'épicentre de la pandémie en Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

La Dre Valérie Sales, spécialiste des maladies infectieuses à l'Hôpital Markham-Stouffville, estime qu'il faudrait diminuer la transmission du virus « le plus possible avant Noël et envoyer le message à la population qu'on ne peut pas continuer comme ça. »

La Dre Sales est toutefois réaliste quant à l’impact qu’auront les 28 jours de confinement à Toronto et dans la région de Peel. Malheureusement, je ne suis pas sûre que ça va avoir autant d’impact qu’on aimerait. À ce moment-ci, on a tellement de cas, que plusieurs vont se répandre dans les domiciles, surtout où il y a plusieurs générations. Si les gens n’évitent pas les événements, comme des fêtes ou des mariages […] on va probablement quand même voir une circulation du virus. Elle estime qu’il serait satisfaisant de compter 500 à 800 nouveaux cas quotidiens, à la fin du confinement.

Éviter les déplacements

La Dre Valérie Sales est inquiète à l’idée que des résidents des zones grises soient tentés d’aller magasiner dans les zones rouges, comme la région de York où elle se trouve, puisque les magasins sont toujours ouverts au public. Le médecin hygiéniste de la province, le Dr David Williams demande aux Ontariens de ne pas voyager, même à l’intérieur de la province.

Milieu de travail

La Dre Sales croit qu’on doit réévaluer la gestion de la transmission du virus dans les milieux de travail. Elle suggère de favoriser le télétravail, mais aussi de soutenir davantage les employeurs et de rappeler régulièrement les bonnes mesures aux travailleurs. Ce serait bien qu’on prenne les 28 prochains jours pour revenir à la base.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi