•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Les travailleurs manuels continuent d’entrer chez des étrangers

Rattrapage du vendredi 20 novembre 2020
Hubert Larouche se tient debout les bras croisés devant son camion.

Hubert Larouche, fondateur de l’entreprise Lion Electric à Mississauga.

Photo : Avec l'autorisation d'Hubert Larouche

En novembre, la médecin hygiéniste en chef de Toronto, la Dre Eileen de Villa, a demandé aux Torontois de ne sortir de la maison que pour des sorties essentielles, comme les visites à l'épicerie. Le message a résonné dans la grande région de Toronto, mais ne peut pas être respecté par tous. C'est le cas des travailleurs manuels qui doivent entrer chez des étrangers.

L’électricien Hubert Larouche, fondateur de l’entreprise Lion Electric à Mississauga, se sent en sécurité lorsqu’il se rend dans des résidences, bien qu’il est conscient du risque qu’il peut poser pour ses clients. On va quand même à beaucoup de places, on peut vraiment être porteur de ce virus. Je peux ne pas être malade et l’amener beaucoup, dit-il.

À Hamilton, le plombier Jocelin Dhaiti ne répond qu’aux urgences. Il s’assure aussi de désinfecter les surfaces sur lesquelles il travaille. Si vous recevez un résultat positif à la COVID-19, [mon entreprise] nous demande de rester quatorze à quinze jours à la maison, explique le plombier. Il précise que les employés doivent aussi avoir deux tests négatifs avant de retourner au travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi