•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Le baptême de feu d’une thérapeute respiratoire à l’hôpital général de North York

Rattrapage du vendredi 23 octobre 2020
Une thérapeute respiratoire ajuste son appareil et tient un masque dans sa main droite.

Les thérapeutes respiratoires sont responsables, entre autres, d’intuber les patients à des respirateurs.

Photo : getty images/istockphoto / sonreir es gratis

Victoria Kalpouzos est l'une d'une vingtaine de thérapeutes respiratoires à l'hôpital général de North York dans le nord-est de Toronto. Elle a obtenu son diplôme en thérapie respiratoire de l'Institut Michener de l'éducation l'University Health Network (UHN) plus tôt que prévu et a commencé à travailler au milieu de la pandémie, en avril. En entrevue à Y a pas deux matins pareils, elle décrit ses premiers mois de travail.

Les thérapeutes respiratoires, dit-elle, sont en grande demande. C’est parce que beaucoup de monde ne sait pas ce que fait un thérapeute respiratoire, pense-t-elle. Ces spécialistes sont responsables, entre autres, d’intuber les patients à des respirateurs. En date du 22 octobre, 48 Ontariens étaient dans cette situation.

On utilise la ventilation mécanique quand un patient est trop fatigué ou trop malade pour respirer lui-même et c’est un des derniers outils qui peut sauver la vie des patients avec des complications respiratoires graves dues à la COVID-19, explique Victoria Kalpouzos. Le respirateur permet au patient s'oxygéner lorsqu'il ne réussit plus à respirer par lui-même.

La plupart des patients intubés sont des personnes âgées ou des patients avec des conditions médicales préexistantes, mais j’ai eu des patients qui étaient jeunes et sans problèmes préexistants, note la thérapeute respiratoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi