•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

1500 cas positifs à la COVID-19 déclarés sur l’appli Alerte COVID

Rattrapage du mercredi 14 octobre 2020
Gros plan de Justin Trudeau qui met son masque après son point de presse.

En entrevue à «Y a pas deux matins pareils», le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a parlé de l'utilisation de l'application Alerte COVID.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Quelque 1500 Canadiens ont signalé un test de diagnostic positif sur l'application Alerte COVID, selon le premier ministre Justin Trudeau. C'est une augmentation de près de 900 personnes depuis le 1er octobre. « Déjà avec le nombre de personnes qui l'ont téléchargée, ça fait une grande différence », a affirmé Justin Trudeau au micro de Marjorie April.

En entrevue à Y a pas deux matins pareils, Justin Trudeau fait le point sur les mesures en place pour combattre la COVID-19.

Combien de tests rapides allons-nous recevoir à partir de la semaine prochaine en Ontario?

Justin Trudeau - On a en commandé 28 millions et ils vont commencer à arriver probablement dans la semaine à venir, mais évidemment les tests de rapides ne sont qu’une partie de la solution. Depuis le printemps, on travaille avec les provinces pour augmenter la capacité de dépistage, pour reprendre des recherches de contact, pour envoyer du personnel, pour appuyer la réponse de la province à bien des niveaux, et on va continuer de le faire.

Avez-vous des chiffres ?

Justin Trudeau - Je pense qu’il y a beaucoup de gens qui se disent « Dès qu’on aura les tests rapides, ce sera la solution ». Ce n’est pas une panacée, ça fait partie d’une solution et d’une stratégie améliorée de dépistage. Ça prend une approche avec plus d’éléments comme l’application Alerte COVID. 4,4 millions de personnes l’ont déjà téléchargée et ça été utilisé avec grande réussite dans bien des endroits, particulièrement en Ontario.

Quelles sont vos cibles ? Vous voulez voir combien de Canadiens télécharger l’application ?

Justin Trudeau - Je voudrais voir le plus de Canadiens possible [la télécharger]. 30 millions de personnes s’il y a assez de téléphones intelligents dans le pays.

C’est sûr que plus de gens la téléchargent, mieux ce sera, mais déjà 1500 personnes qui ont avisé l’application qu’ils ont eu un test positif et ça a donné des alertes à des milliers de gens de plus.

Justin Trudeau

Vous n’avez pas peur que soit contreproductif et que cela pousse inutilement des gens vers les centres de dépistage qui sont déjà débordés en Ontario ?

Justin Trudeau - Non absolument pas, c’est un outil de plus. Ce n’est pas l’outil unique qui va tout résoudre, mais ça fait partie des outils que nous avons cet automne pour contrer cette deuxième vague qu’on n’avait pas au printemps où l’on a dû faire un confinement général.

Il y a 40 personnes qui sont décédées de la COVID-19 en octobre en Ontario jusqu’à présent. Vous voulez imposer des normes nationales de soins dans les foyers de soins de longue durée. Le quotidien La Presse, le 14 octobre, rapporte que vous voulez interdire au personnel de travailler dans plus d’un établissement. Est-ce effectivement le cas ?

Justin Trudeau - On n’a pas établi les normes puisqu’on doit travailler avec les provinces là-dessus. Il y a des provinces qui ont mieux réussi à prendre soin de nos aînés. En Ontario et au Québec, il y a eu des problèmes graves par rapport à la COVID. Cela a démontré des problèmes qui existent depuis longtemps. Donc, on va travailler avec les premiers ministres des provinces pour s’entendre, pour s’assurer que peu importe où l’on soit au pays, nos aînés soient bien protégés et bien soignés.

Les provinces vont peut-être voir cela comme de l’ingérence. Pourquoi est-ce que vous n'optez pas pour des transferts sans condition ?

Justin Trudeau - Il faut constater que l’approche actuelle n’a pas fonctionné pour protéger nos aînés. Il va falloir qu’on fasse mieux en tant que pays, et la vie et la dignité de nos aînés, ça n’a pas de champ de compétence. C’est notre responsabilité, tous les paliers de gouvernement, d’assurer la protection des citoyens. Il y a eu de gros problèmes à certains endroits et il va falloir qu’on travaille ensemble pour s’assurer qu’il y a un seuil de soins qui soit comparable partout au travers le pays.

Marjorie April a également profité du passage du premier ministre pour parler de racisme systémique et aussi de relations avec les communautés autochtones.

Vous avez dû faire des commentaires sur le racisme systémique cette semaine en raison d’incidents qui sont survenus. Vous avez dit à plusieurs reprises que le racisme systémique était inacceptable, mais au-delà des mots, qu’allez-vous faire pour mettre fin au racisme systémique ?

Justin Trudeau - Ça fait plusieurs années qu’on travaille là-dessus. On a créé un secrétariat antiraciste au gouvernement fédéral. On a fait des investissements pour améliorer notre appui économique aux communautés désavantagées, on a fait de gros investissements pour les entrepreneurs de la communauté noire. On est en train de regarder des changements sur l’utilisation de la force dans nos corps policiers. On est en train de regarder des changements pour notre système de justice.

Est-ce que la Loi sur les Indiens est raciste ?

Justin Trudeau - Ça fait longtemps qu’on a dit qu’il faut aller au-delà de cette loi et c’est pour ça qu’on travaille avec les communautés, pour y aller à leur rythme. On ne peut pas l’enlever du jour au lendemain, beaucoup de communautés ne voudraient pas l’enlever du jour au lendemain, mais il y en a qu’on aide à passer au-delà de cette loi coloniale qui devrait être éliminée en partenariat avec les Premières Nations.

Cette entrevue a été raccourcie et formatée pour favoriser la clarté et la fluidité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi