•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Un groupe veut assurer un avenir public pour la Place de l’Ontario

Rattrapage du mardi 13 octobre 2020
Un des bâtiments de la place de l'Ontario.

Le World Monuments Fund dénonce la volonté du gouvernement Ford de louer la place de l'Ontario au secteur privé.

Photo : World Monuments Fund

En mai 2019, le gouvernement Ford a lancé un appel d'offres international pour la revitalisation de la Place de l'Ontario. L'objectif de la province est de transformer le site en « destination de renommée internationale » en passant par la privatisation. Le gouvernement promet de ne pas construire un casino ou des immeubles en copropriété, mais tout autre projet est sur la table, y compris la démolition de la Cinesphere.

Pour ceux qui habitent au centre-ville, il y a de moins en moins de places publiques à cause de la densité, se désole l’architecte autrice Stéphanie Calvet qui s’est jointe au groupe Future of Ontario Place Project. Le groupe d’architectes, formé entre autres par des membres de la faculté d’architecture de l’Université de Toronto, veut s’assurer d’un avenir public pour le site.

Les [investisseurs] étrangers apportent une expertise extérieure, ce qui est bien, mais ce que vous y gagnez, vous y perdez en connaissance profonde des besoins locaux, analyse la Torontoise. Je pense que la Ville est en train de perdre son attrait en raison de la construction démesurée, des problèmes de circulation, ajoute-t-elle.

Le groupe Future of Ontario Place Project est un appel urgent pour une action afin que la province consulte le public ainsi qu’un appel aux associations d’architectes et d’urbanistes qui peuvent représenter le public de manière plus informée, dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi