•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Briser la solitude des aînés pendant la deuxième vague

Rattrapage du jeudi 1 octobre 2020
La main d'une infirmière posée sur la main d'une personne âgée pour l'aider à tenir la poignée de sa marchette.

L'isolement est très difficile à vivre pour les aînés et les membres de leur famille.

Photo : Reuters / Christian Hartmann

À compter du 5 octobre, les directives sur les visites dans les foyers de soins de longue durée en Ontario se resserront. Les visites seront limitées au personnel, aux visiteurs essentiels et à deux proches aidants dans les régions les plus touchées par la COVID-19, dont Toronto. Selon la professeure Manon Lemonde, la visite de membres de la famille, qui auront la chance de s'enregistrer en tant que proches aidants, pourrait tempérer l'isolement des aînés.

Je pense que c’est un élément qui va contribuer autant pour la personne âgée que pour les personnes significatives, suggère la professeure à la Faculté des sciences de la santé de l’Institut universitaire de technologie de l'Ontario. Je pense que la solitude va être moins négative, dit-elle.

Manon Lemonde, qui siège aussi sur un comité consultatif qui travaille avec les dix foyers de soin de longue durée gérés par la ville de Toronto, souligne que les personnes âgées pouvaient compter sur un nombre extraordinaire de bénévoles avant la pandémie. Mais maintenant, ces bénévoles ne peuvent aller dans les foyers, observe-t-elle.

C’est donc le personnel qui aura un rôle important à jouer. Les employés devront aider les résidentes et résidents à vivre des moments. Les histoires ça [peut avoir] un intérêt très significatif pour les aînés, explique la spécialiste dans les soins de fin de vie et les ressources humaines dans le domaine de la santé.

Il faut que la personne soit capable d’avoir un lien avec ce qu’elle était avant, pas ce qu’elle est devenue maintenant, conclut Manon Lemonde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi