•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

La tâche des traceurs s’est alourdie durant le déconfinement

Rattrapage du jeudi 24 septembre 2020
Une infirmière qui fait du dépistage à l'auto fait passer un questionnaire.

Julie Frederick, du Bureau de santé de Middlesex-London explique l'évolution du processus de traçage.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Les journées de travail sont longues au sein de l'équipe de traçage du Bureau de santé de Middlesex-London. La superviseure de l'équipe formée d'infirmières, Julie Frederick, cherche à embaucher de nouveaux traceurs puisque les appels se multiplient.

La tâche des traceurs compte deux volets. Nos cas positifs, ils peuvent s’attendre à ce qu’on les appelle tous les jours pour voir comment ils vont et évaluer leur état, et pour tous nos nouveaux cas, on fait une enquête au début de leur résultat positif , explique Julie Frederick.

L’objectif des infirmières est de comprendre où les personnes ont pu contracter la COVID-19 et arrêter la propagation, alors c’est un travail très important pour protéger notre communauté.

Julie Frederick, Bureau de santé de Middlesex-London

Au fil du déconfinement, l’équipe de Julie Frederick a dû s’adapter. On a dû trouver des solutions pour s’adapter au volume de contacts qu’on a maintenant. Au niveau personnel, on a dû changer notre approche pour rejoindre nos contacts , souligne la superviseure.

La façon la plus facile de nous aider c’est de continuer à suivre les messages des autorités de santé publique depuis le début, de continuer à se laver les mains, prendre la distance, rester à la maison, insiste-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi