•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comprendre le rapport entre les personnes noires et la police à Toronto

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Comprendre le rapport entre les personnes noires et la police à Toronto

Rattrapage du mardi 2 juin 2020
Saron Gebresellassi dans un hall lors d'une entrevue.

L'avocate Saron Gebresellassi.

Photo : Radio-Canada

Dans la foulée de la mort tragique de George Floyd, un Afro-Américain tué par un policier à Minneapolis, le mouvement antiracisme a pris de l'ampleur dans les derniers jours aux États-Unis où l'on dénonce la violence policière et le racisme systémique envers les personnes noires.

L’avocate plaidante Saron Gebresellassi, qui a notamment travaillé sur des cas de brutalité policière et de violation des droits de l'homme, est bien placée pour parler du racisme qui existe au Canada. Elle a participé à la manifestation pacifique de samedi dernier à Toronto.

Je n’ai jamais vu une manifestation comme ça. C’était vraiment quelque chose de différent. Je pense que la communauté est prête à juste éliminer la violence.

Saron Gebresellassi, avocate plaidante

Me Gebresellassi estime que le financement grandissant accordé aux services de police pourrait être investi autrement pour aider à changer les choses en profondeur au sein des communautés minoritaires.

Dans ma perspective, le futur pour la ville, le futur pour nos provinces, c’est de changer les façons dont on travaille avec la police, trouver les vraies solutions pour éliminer la pauvreté, éliminer le crime, explique-t-elle. J’espère que c’est pas juste ma communauté, mais que les Canadiens en général peuvent avoir de la compassion avec nous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi