•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<em>Prière pour une mitaine perdue</em>, Prix du meilleur long métrage documentaire canadien à Hot Docs 2020

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Prière pour une mitaine perdue, Prix du meilleur long métrage documentaire canadien à Hot Docs 2020

Rattrapage du jeudi 28 mai 2020
L'affiche du film « Prière pour une mitaine perdue » de Jean-François Lesage représente une femme de dos sous la neige la nuit

L'affiche du film « Prière pour une mitaine perdue » de Jean-François Lesage, Prix du meilleur long métrage documentaire canadien à Hot Docs 2020

Photo : LES FILMS DU 3 MARS

Le film Prière pour une mitaine perdue, lauréat du prix du meilleur long métrage documentaire canadien du Festival Hot Docs 2020, propose un voyage poétique qui explore la perte, l'absence et l'attachement.

La neige tombe fort sur la nuit montréalaise. Au bureau des objets perdus de la Société des transports de Montréal, les visages de ceux qui espèrent retrouver leurs biens se succèdent. Ils espèrent retrouver un trousseau de clefs, une carte Opus avec des photos de famille, une tuque qui est irremplaçable parce qu’elle allait si bien ; tous ces objets dont on a besoin, auxquels on est attachés et qui nous manquent.

À l'écran, les visages qui expriment tour à tour l’interrogation, l’angoisse de l’attente puis le soulagement, la joie immense ou la déception.

Le documentaire Prière pour une mitaine perdue prend comme point de départ la perte matérielle pour élargir le questionnement aux sentiments de perte et de manque. Le réalisateur Jean-François Lesage suit les personnages rencontrés au bureau des objets perdus pour en apprendre plus sur ce qui leur manque dans la vie, au-delà du matériel et comment ils vivent avec ce vide. Dans tous ses films, Lesage capte la parole.

Selon lui, la parole de chacun de nous peut être intéressante à condition de s’y arrêter et d’écouter.

Autres personnages du film, la nuit, l’hiver, la neige et la ville. L’hiver, dit le réalisateur, est toujours une épreuve difficile à traverser. C’est la saison qui exacerbe le sentiment de perte, croit-il. Toutes les scènes extérieures, sauf une, ont été tournées la nuit pendant des chutes de neige. Des images en noir et blanc, des plans qui prennent leur temps et le jazz de la bande-son donnent à Prière pour une mitaine perdue un côté nostalgique qui souligne la teneur des propos.

Le réalisateur Jean-François Lesage et la directrice de la photographie Marianne Ploska près de la caméra pendant un tournage

Le réalisateur Jean-François Lesage et la directrice de la photographie Marianne Ploska

Photo : Constance Chaput-Raby

Cette pandémie elle nous touche tous de façon différente c'est sûr, mais nous somme tous touchés.[...] On a tous un désir profond de retrouver quelque chose et c’est le thème du film. Alors je pense que le film a un petit peu gagné en gravité peut-être.

Jean-François Lesage, réalisateur

Empêché par le confinement d’accompagner son film dans les festivals, Jean-François Lesage trouve une consolation dans le fait qu’il reçoit de beaux commentaires par écrit et qu’il pourra ainsi garder ces messages et les relire. Une consolation qui, dit-il, donne un sens à son travail.

Écoutez la deuxième partie de l'entrevue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi