•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La FARFO réagit à la crise dans les centres de soins de longue durée

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

La FARFO réagit à la crise dans les centres de soins de longue durée

Rattrapage du mercredi 27 mai 2020
La main d'une infirmière posée sur la main d'une personne âgée pour l'aider à tenir la poignée de sa marchette.

Michel Tremblay, de la FARFO, s'inquiète de la pénurie de personnel dans les centres de soins de longue durée.

Photo : Reuters / Christian Hartmann

Michel Tremblay, membre du conseil d'administration de la Fédération des aînés retraités francophones de l'Ontario (FARFO), réagit avec indignation au rapport accablant de l'armée canadienne sur la situation de 5 centres de soins de longue durée de la région de Toronto.

C’est affreux ! Nous à la FARFO, on est contre toute forme d’abus, contre toute forme de mauvais traitement pour les personnes âgées, [...], ça fait peur.

Michel Tremblay, membre du conseil d'administration de la FARFO

Il se dit surpris qu’on puisse découvrir de tels manquements alors que des normes ont été adoptées. Michel Tremblay se questionne aussi sur le travail des opérateurs de ces résidences pour assurer le respect des règlements et des protocoles.

Il rappelle qu’il y a eu une grande baisse des inspections des centres de soins de longue durée au cours des dernières années. Selon lui, il faut s’inquiéter du manque de personnel en poste depuis le début de la crise.

Pour Michel Tremblay, c’est un manque de personnel, et de compétence. Il faut qu’il y ait des expertises dans les soins de longue durée pour assurer la qualité des soins et la lutte contre l’infection.

S’il se dit heureux de l’annonce d’une commission d’enquête, il souligne qu’il faut que des actions soient prises sur le champ. Michel Tremblay demande à ce que l’on inspecte au plus vite d’autres centres de soins de longue durée pour s’assurer que de telles situations ne se répètent pas ailleurs. Il ajoute qu’il faudra, bien sûr, des ressources et des effectifs pour maintenir la qualité des soins nécessaires,

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi