•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

L'auteur Jean Boisjoli se raconte

Rattrapage du lundi 25 mai 2020
Jean Boisjoli sourit à la caméra.

Photo de l'auteur Jean Boisjoli

Photo : Pierre Trudeau

L'auteur Jean Boisjoli, déjà lauréat du prix Trillium en 2017 pour son pour son premier roman La mesure du temps est à nouveau finaliste pour le roman Moi Sam, elle Janis.

Même s'il est heureux de cette nomination, Jean Boisjoli ne s'y attendait pas car, dit-il, il n’écrit pas pour être récompensé. Il le fait simplement en faisant du mieux qu’il peut.

Moi Sam, elle Janis raconte les entretiens de Sam, un jeune homme accusé de meurtre, avec le Dr Leduc, un psychiatre qui est chargé par la justice de déterminer si Sam était en possession de ses moyens au moment du meurtre dont il est accusé. Alors qu'il est presque au bout du chemin de croix qui l'a mené du quartier de Vanier à une famille d’accueil d’Ottawa, Sam rencontre Janis, une autre enfant malmenée par la vie dans une communauté du Manitoba.

Portraits d’une jeunesse qui porte le lourd héritage de la violence vécue dans l'enfance, Moi Sam, elle Janis n’est pas un roman policier mais plutôt un drame psychologique noir qui réussit le tour de force de faire aimer au lecteur ses personnages, peu importe ce qu’ils ont fait.

Moi,Sam,Elle,Janis, le titre du roman.

Page couverture du roman «Moi, Sam, Elle, Janis» de Jean Boisjoli

Photo : Les Éditions David

Je voulais illustrer par deux cas concrets l'effritement de la société. D’ailleurs on voit ça davantage avec la crise pandémique que l’on vit en ce moment, il y a une jeunesse qui vit dans une société à la dérive, on ne sait pas où on s'en va

Jean Boisjoli, aueur du roman Moi Sam, elle Janis

Jean Boisjoli regrette que la cérémonie de remise des Prix Trillium soit virtuelle cette année, mais profite de la pandémie pour lire, marcher et méditer en espérant, dit-il, que cette période lui permette de s’arrêter plus souvent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi