•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réalités et défis de l’apprentissage à la maison

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Réalités et défis de l’apprentissage à la maison

Rattrapage du lundi 25 mai 2020
Une fillette fait des devoirs

Les élèves doivent se rabattre vers l'apprentissage à la maison puisque les écoles ontariennes pourraient rester fermées durant encore plusieurs semaines.

Photo : getty images/istockphoto / hedgehog94

Le retour à l'école des élèves ontariens prévu qu'en septembre force les familles à poursuivre l'apprentissage à la maison pour encore plusieurs semaines. Les parents ne sont pas nécessairement outillés pour accompagner leurs enfants dans leur quotidien scolaire.

Marjorie April s’est penchée sur le sujet avec Emmanuel Duplàa, professeur agrégé en technologies éducatives et vice-doyen des programmes de la Faculté d'éducation de l'Université d'Ottawa.

Selon lui, il y a l’apprentissage et le méta-apprentissage, c’est-à-dire, l’apprendre à apprendre. Pour être efficace, il faut que l’enfant ait un bureau de devoirs, qu’il ait une structure, une routine. Emmanuel Duplàa croit que les parents peuvent aider, en participant à l’instauration de la méthode de travail et au développement de la maîtrise des outils.

La grande variable est l’autonomie. Si vous avez des élèves très autonomes, vous pouvez avoir des cours moins structurés et moins de communication, explique Emmanuel Duplàa. En revanche, plus l’élève est jeune, moins il est autonome et plus il a besoin de l'interaction humaine. Cela exige donc beaucoup de temps aux parents, lesquels sont déjà très sollicités.

Une réalité à géométrie variable

Emmanuel Duplàa rappelle que les inégalités sociales ont un impact sur l’apprentissage. Les enfants n’ont pas tous accès aux mêmes outils numériques, à la même structure, aux espaces de travail et l’accompagnement parental.

L’école, elle est censée jouer quelque part un rôle d’ascenseur social. Elle est censée donner à tout le monde les mêmes outils. Et on sait déjà - même sans l’éducation en ligne - que c’est assez difficile de faire ça.

Emmanuel Duplàa, spécialiste du cyberapprentissage

Le spécialiste en cyberapprentissage affirme que c’est pour cette raison que certains enseignants ne sont pas en faveur des devoirs à la maison. Ça bascule la responsabilité de développements des états compétence du côté des parents, et tout le monde n’est pas équipé pareil pour ça, précise-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi