•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le début du déconfinement tel que vécu par une clinique vétérinaire de Toronto

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Le début du déconfinement tel que vécu par une clinique vétérinaire de Toronto

Rattrapage du mardi 19 mai 2020
Marie Laporte tenant un chien.

Marie Laporte, travaille à la clinique vétérinaire Beaches Fallingbrook.

Photo : Avec l'autorisation de Marie Laporte

L'amorce du déconfinement en Ontario suscite des réactions variées. Elvis Nouemis a pris le pouls d'une clinique vétérinaire située à l'Est du centre-ville de Toronto.

Les cliniques vétérinaires peuvent désormais effectuer des opérations non urgentes. Même si cette première étape de déconfinement ne correspond pas à un retour à la normale, certains travailleurs l’accueillent avec soulagement. Le confinement a un impact sur leurs activités.

On a fait une demande pour les 40 000 $ et on les a reçus, affirme Marie Laporte, gérante de la clinique vétérinaire Beaches Fallingbrook. Elle explique que la clinique aurait été obligée d'effectuer des mises à pied sans cette aide financière.

Marie Laporte raconte qu’elle a arrêté de percevoir un salaire pour que l'équipe puisse continuer à travailler.

La distanciation physique ainsi que toutes les mesures prescrites par les autorités de la santé publique restent en place.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi