•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les artisans subissent les effets de la pandémie

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Les artisans subissent les effets de la pandémie

Rattrapage du jeudi 7 mai 2020
Yasmine Louis, sérigraphiste travaille sur un écran de soie tendu sur un cadre en bois

Yasmine Louis est une artiste visuelle sérigraphiste de Toronto

Photo : Avec l'aimable autorisation de Yasmine Louis

Les artisans indépendants, qui vendent leurs créations dans les salons et les expositions, sont parmi les travailleurs les plus touchés par la crise. Ces derniers ont perdu une source importante de revenus quand les rassemblements ont été interdits.

Beaucoup de ces artisans participent à des salons tout au long de l’année qui se déroulent d’un bout à l’autre du pays. Ils consacrent énormément de temps à la préparation de ces événements.

Le produit des ventes réalisées est véritablement la source unique de revenu des artisans qui leur permet de vivre et de préparer leur prochaine vente. Ceux qui sont présents en magasin ne s’en sortent pas mieux puisque les commerces sont fermés.

Parmi les plus touchés, les couples d’artistes qui travaillent ensemble et qui perdent du même coup la totalité de leurs revenus.

Même si les mesures d’aide financière d’urgence mises en place par le gouvernement fédéral aident les artisans, elles ne couvrent pas les frais courants comme le loyer d’un atelier ou le prix des fournitures. Puisque l’avenir demeure un peu flou, les artisans ne savent pas quand ils pourront reprendre leurs activités.

Les gens ne savent pas vraiment que, quand on a une exposition annulée, c'est une perte de salaire pour des mois. Il y a certaines expos que je fais, ça me fait aller pour 4 ou 5 mois dans l'année [...] Quand on perd une expo, ou une saison pour ceux qui en font les expos durant l'été, ils n'ont pas de revenu pendant le reste de l'année. C'est vraiment problématique.

Yasmine Louis, artiste visuelle et sérigraphiste à Toronto

La vente en ligne n’est pas la panacée

Si elle est une solution pour certains, la vente en ligne ne convient pas à tous les artisans, notamment à ceux qui participent aux manifestations d'art public qui, par essence, nécessitent la présence physique du public. Certaines créations ne se prêtent pas à une transaction en ligne parce que les acheteurs éventuels veulent voir et toucher les produits avant de se décider. De plus, tous les artistes ne sont pas équipés pour la vente sur le web qui exige des investissements en temps et en argent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi