•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pays divisé, selon Chantal Hébert

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Un pays divisé, selon Chantal Hébert

Audio fil du mercredi 23 octobre 2019
Chantal Hébert au micro de Stéphan Bureau.

Chantal Hébert

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Au lendemain des élections fédérales, la chroniqueuse Chantal Hébert soulignait dans le Toronto Star que les résultats du vote représentaient une nation divisée. En entrevue à Y a pas deux matins pareils, elle affirme que l'un des effets de cette division est un Parti conservateur en perte de vitesse.

Le 21 octobre, une vague conservatrice a déferlé sur la Saskatchewan et l’Alberta.

Toutes les circonscriptions de ces deux provinces, à l’exception d’Edmonton-Stratchona, auront un député conservateur à la Chambre des communes. Chantal Hébert explique toutefois que les conservateurs ne seraient pas forcément la solution favorite des provinces de l’Ouest.

On est en train de parler d’une implosion temporaire ou permanente encore une fois du Parti conservateur fédéral.

Chantal Hébert, chroniqueuse au Toronto Star et à L'actualité

La chroniqueuse au Toronto Star cite un sondage Angus Reid datant du début de l’année qui révèle que plus du tiers des répondants des provinces à l’ouest de l’Ontario avaient déclaré qu’ils se sentiraient mieux servis par un parti dévoué à leurs intérêts, un peu comme le Bloc québécois, au Québec.

Près de 40 % de ces électeurs auraient voté pour un tel parti, contre 29 % pour le Parti conservateur.

Chantal Hébert affirme qu’avec la poussée fulgurante du Bloc au Québec, des premiers ministres provinciaux conservateurs qui se distancent de la formation fédérale et les fondements du Parti conservateur qui sont totalement à l’ouest à ce moment-ci, le parti d’Andrew Scheer perd espoir de former un gouvernement.

Là, monsieur Trudeau reste sur l’échiquier en tête du seul parti susceptible de réussir à gagner assez de sièges d’un océan à l’autre pour s’installer au pouvoir pour un bout de temps.

Chantal Hébert, chroniqueuse au Toronto Star et à L'actualité

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi