Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marjorie April
Audio fil du mardi 3 septembre 2019

Une langue riche en évolution: un dictionnaire pour tous les francophones

Publié le

Le mot  « français » dans le dictionnaire
L'objectif du Dictionnaire des francophones (DDF) est de recueillir des expressions venus de toute la francophonie   Photo : iStock

Le Dictionnaire des francophones (DDF), qui sera diffusé sur le web à l'automne, offrira aux usagers des mots et des expressions venus de toute la francophonie.

Le président du conseil scientifique du DDF, Bernard Cerquiglini, dit que le français appartient à tout le monde.

Le numérique, c'est un symbole de ce partenariat mondial que va constituer ce dictionnaire, qui va être une plateforme cumulative et participative.

Bernard Cerquiglini, président du conseil scientifique du DDF

Le nom du dictionnaire, le Dictionnaire des francophones, reflète d'ailleurs cette volonté d'en faire le dictionnaire de tous et pas seulement des Français.

Bernard Cerquiglini a reçu la commande du président français, Emmanuel Macron, lui-même. Le président a d'ailleurs dit en 2018 que le français s'était émancipé de la France. Il essaie de couper par rapport au discours puriste. [...] Il a compris que le français est une langue mondiale, parmi d'autres. Il a donc bâti une théorie du français qui tient compte du plurilinguisme, du dialogue et de la diversité inhérente à la langue, explique Bernard Cerquiglini.

Le président du conseil scientifique du DDF aime particulièrement certains verbes utilisés au Canada. J'aime la liberté de cette langue. [...]On entend un français de la Renaissance, tout en étant très moderne. Y a des mots anciens que j'aime bien: achaler, bardasser. Tous ces adverbes qu'on entend encore comme le astheure. Ou le tantôt, qu'on utilise très bien en Amérique du Nord, qu'on n'a pas en France.

Alors que les Français adoptent des mots anglais, Bernard Cerquiglini souligne que les Franco-Canadiens ont créé un vocabulaire moderne, avec des mots comme « courriel », « écocentre », « infolettre » ou « carboneutre ».

Chargement en cours