Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marjorie April
Audio fil du mercredi 31 juillet 2019

Regard sur l'impact du Jour de l’Émancipation

Publié le

Une photo artistique d'une femme.
La comédienne d'origine haïtienne Djennie Laguerre   Photo : Courtoisie

Les Torontois commémorent l'abolition officielle de l'esclavage dans la plupart des colonies britanniques, le 31 juillet dès 22 h 45 à la station Union pour l'édition 2019 du Underground Freedom Train.

L’activité Underground Freedom Train a pour but de souligner le jour de l’Émancipation à Toronto. Cet événement est né il y a maintenant 7 ans d’une initiative du centre culturel A Different Booklist, qui propose, entre autres, une littérature représentant la mosaïque culturelle canadienne ainsi que de renforcer et d'unifier la communauté.

L’actrice et auteure Djennie Laguerre, porte-parole francophone de l’événement l’an dernier, explique que même si ce n’est pas toujours facile de parler d’esclavage, il est important de le faire.

La thématique de cette année est La résilience malgré les obstacles. Pour Djennie Laguerre, c’est d’abord de savoir que cette force existe en soi et que les gestes posés ne sont pas que pour soi-même, ils sont aussi pour les générations à venir.

D’ailleurs, c’est sa fille de 10 ans qui a exprimé son envie de participer aux célébrations cette année.

Ça fait quelques années qu’elle commence à savoir qu’elle est noire […], qu’on parle de c’est quoi l’esclavage, c’est quoi notre histoire comme Haïtiennes […] Voici ce dont je suis fière, voici ce que je célèbre et qu’elle rencontre des amis.

Djennie Laguerre, auteure et comédienne

Autre constat de Djennie Laguerre : c’est en prenant connaissance de sa propre histoire que sa fille a commencé à comprendre et à s’ouvrir à l’histoire des autres. Cette année, sa grande question c’est de savoir l’histoire des Premières Nations, elle a plein de questions., explique-t-elle.

Activistes, leaders, artistes et politiciens seront sur place pour prendre la parole et lancer les cérémonies. Tous se déplaceront ensuite jusqu’à la station Sheppard West, dès minuit, pour poursuivre les célébrations juste à temps pour le début des fêtes caribéennes à Toronto.

C’est tellement fun, et après elle [sa fille] s’endort et je dois la transporter jusqu’à la maison, dans les rues de Toronto., déclare Djennie en riant.

Chargement en cours