Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marjorie April
Audio fil du vendredi 7 juin 2019

Il demande sa copine en mariage à un match des Raptors

Publié le

Photo d'une femme qui montre sa bague de fiançailles assise à côté d'un homme.
Maxime St-Gelais et sa copine qui montre sa bague de fiançailles   Photo : Maxime St-Gelais

Il y a des partisans des Raptors... et de vrais partisans des Raptors! Maxime St-Gelais est l'un de ceux-là. Le résident de Mississauga, originaire de Sept-Îles, a commencé à suivre l'équipe il y a huit ans, à son arrivée en Ontario.

J'étais un fan de hockey, mais je n'aime pas les Maple Leafs. Donc je me suis intéressé plus au basketball quand j'ai déménagé ici. J'aime bien ça. Ça bouge beaucoup!, raconte-t-il.

Il partage cette passion avec sa conjointe, qu'il a demandée en mariage en février à l'aréna de la Banque Scotia, durant un match des Raptors.

Je voulais l'impressionner. Elle était très surprise, elle ne s'y attendait pas.

Maxime St-Gelais, amateur des Raptors
Photo d'un homme à genoux dans des estrades devant une femme
Maxime St-Gelais se met à genoux à un match des Raptors pour demander la main de sa copine. Photo : Maxime St-Gelais

Je pense que je leur porte chance depuis que j'ai fait une demande en mariage, dit-il à la blague.

Cet auditeur de Y a pas deux matins pareils ne manque pas un match de l'équipe.

Cette semaine, il s'est joint à la foule d'amateurs à la place Celebration Square au centre-ville de Mississauga pour regarder le match. Il y avait 20 000 personnes, raconte-t-il. J'avais apporté une chaise, mais je l'ai apportée pour rien, parce que je ne pouvais pas m'asseoir!

Maxime St-Gelais aime particulièrement voir jouer le Camerounais Pascal Siakam. Il parle français, j'aime la façon dont il s'adresse aux journalistes. Il nous pousse à parler français et c'est un bel exemple, dit-il.

Chargement en cours