Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marjorie April
Audio fil du mardi 2 avril 2019

Le dernier tour de piste de François Boileau

Publié le

François Boileau dans les studios de Radio-Canada à Sudbury
François Boileau, commissaire aux services en français de l’Ontario   Photo : Radio-Canada / Patrick Wright

Le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau, déposera son dernier rapport le 16 avril prochain. C'est ce qu'il a déclaré en entrevue au micro de Marjorie April à l'émission Y a pas deux matins pareils.

Ce dernier rapport avant le transfert des responsabilités du Commissariat aux services en français de l'Ontario vers le bureau de l'ombudsman provincial devait d’abord être dévoilé le 25 avril. La date a été devancée, car les élus ne siègent pas à l’Assemblée législative pendant cette période.

Les derniers mois ont été fort chargés depuis le « Jeudi noir ».

Je n’ai jamais été aussi occupé depuis que depuis que je me suis fait mettre à la porte., affirme François Boileau.

Le commissaire ne regrette pas sa décision de ne pas se joindre l’équipe du bureau de l’ombudsman.

Il n’y a pas eu de changement. On a juste changé le titre d’ombudsman adjoint pour le titre de commissaire aux services en français. C’est bonnet blanc, blanc bonnet par rapport aux décisions prises le 15 novembre. Les annonces du 23 novembre ne changent strictement rien au fait que le Commissariat comme tel est aboli avec la disparition du commissaire indépendant qui se rapporte directement à l’Assemblée législative.

François Boileau, commissaire aux services en français de l'Ontario

Ironie du sort, pendant cette transition, le Commissariat aux services en français organise la conférence de l’Association internationale des commissaires linguistiques (AICL) en juin. Le bureau de l’ombudsman prend donc la relève pour mener à bien ce rendez-vous.

François Boileau n’a pas de plans précis quant à son avenir. Dans l’immédiat, une pause s’impose. Je caresse un rêve : de prendre quelques semaines, voire quelques mois off.

Chargement en cours