•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lancement de la Table de concertation francophone Kitchener-Wellington-Guelph

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Lancement de la Table de concertation francophone Kitchener-Wellington-Guelph

Audio fil du jeudi 28 mars 2019

Le drapeau franco-ontarien (archives)

Photo : Yvon Thériault

Les efforts de mobilisation des francophones de Waterloo, Wellington et Guelph se concrétisent avec le lancement d'une table de concertation jeudi, à l'hôtel de ville de Kitchener.

La volonté de rassembler l'ensemble des organismes de la région de date pas d'hier. En effet, la communauté francophone travaille sur cette initiative depuis 2016.

L’objectif de cette table de concertation : faciliter la coordination de projets, le partage de ressources et la collaboration entre les pourvoyeurs de services en français pour l’épanouissement des communautés francophones.

La coprésidente de la Table de concertation francophone Waterloo-Wellington-Guelph, Julie Léger, indique qu’il y a 19 organismes membres, dont des organismes anglophones qui offrent ou veulent offrir des services en français.

Santé en français

Le projet des Communautés accueillantes sera aussi lancé au cours de l’événement. Cette initiative a pour but de retenir les professionnels du domaine de la santé francophones dans la région.

C’est de créer des occasions pour que ces gens-là puissent se parler de savoir que l’un et l’autre existent, que les uns sachent qu’il y a des francophones qui ont besoin de services et qu’il y a des francophones qui peuvent offrir certains services aussi.

Julie Léger, coprésidente de la Table de concertation francophone Waterloo-Wellington-Guelph

Julie Léger affirme qu’il y a un nombre grandissant de familles francophones qui s’installent dans la région. Elle signale l’importance de mettre en valeur les pourvoyeurs de services de santé français dans la région afin de faciliter leur rétention.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi