Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marjorie April
Audio fil du vendredi 15 février 2019

Manipuler des reçus en papier est nocif pour la santé

Publié le

Une personne remettant une carte de crédit à un serveur lui tendant une facture
Deux personnes effectuant une transaction   Photo : Shutterstock

Une étude menée par le groupe Défense environnementale Canada révèle que les personnes qui manipulent des reçus en papier, comme des caissiers, sont exposées à de fortes concentrations de BPA (bisphénol A) et de BPS (bisphénol S). Ces composantes font partie du mélange chimique qui recouvre le papier utilisé pour imprimer les reçus. Elles peuvent entrer dans la peau et avoir un impact sur la santé.

Il y a quelques années, des fabricants de produits de plastique ont cessé d'utiliser le bisphénol A (BPA), puisqu’il a été associé à une puberté précoce et à une hausse des cas de cancer du sein et de la prostate.

Isabelle Plante est professeure agrégée à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) et chercheuse en toxicologie environnementale. Elle explique que le BPA est considéré comme un perturbateur endocrinien. Il va donc modifier les hormones dans le corps.

Le BPA a été retiré de nombreux objets comme les bouteilles d’eau, les contenants à nourriture et les biberons. Mais la chercheuse en toxicologie souligne qu’il est souvent remplacé par du bisphénol S (BPS).

Les BPA peuvent entrer dans notre système par le contact de la peau.

Isabelle Plante, chercheuse en toxicologie environnementale

Mme Plante précise que pour étudier la toxicité d’un produit, il faut généralement donner des doses croissantes jusqu’au moment où l'on en détecte les effets. C'est de cette façon que l'on détermine la dose maximale tolérée.

Toutefois, les perturbateurs endocriniens ont souvent des effets à long terme, et ce, même en petites doses.

Comme ils imitent les hormones, ils vont surtout nuire aux personnes qui sont exposées sur une longue période, durant une période de vulnérabilité sur le plan hormonal, comme la puberté ou la grossesse.

L’experte indique qu’il faudra tenir compte de ces effets à long terme, afin de mettre en place une meilleure législation entourant les perturbateurs endocriniens.

Chargement en cours