•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enjeux de la location court-terme à Toronto

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Les enjeux de la location court-terme à Toronto

Audio fil du jeudi 14 février 2019
Des tours à condos du centre-ville de Toronto

Des tours à condos du centre-ville de Toronto

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

La vidéo qui montre une femme qui lance une chaise du haut du balcon d'une tour de condominiums longeant l'autoroute Gardiner, au centre-ville de Toronto, a fait couler beaucoup d'encre cette semaine. Selon CBC, Airbnb aurait suspendu un utilisateur ayant réservé un logement au moment de l'incident. Cette histoire soulève des questions quant aux règles qui entourent les locations court terme à Toronto.

Depuis la diffusion de cette vidéo sur les réseaux sociaux, une jeune femme a été accusée de méfait et d’avoir mis la vie de quelqu’un en danger. Me Rodrigue Escayola, avocat spécialisé en droit des condominiums, indique que l’éphémérité de la location est le principal risque avec les locations à court terme dans les condominiums. Selon l’avocat, personne n’aurait osé lancer une chaise en bas de son propre balcon.

Le problème avec la plateforme à court terme, c’est qu’on ne sait jamais qui va se ramasser dans l’appartement voisin.

Me Rodrigue Escayola, avocat spécialisé en droit des condominiums.

Certaines tours à condominiums autorisent les locations à court terme alors que d’autres non. Si des propriétaires remettent en question la pertinence d’une telle règle puisque certaines personnes pourraient ne pas la respecter, Me Escayola souligne que si un règlement existe, la majorité des gens vont s’y conformer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi