Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marjorie April
Audio fil du mardi 5 février 2019

Affaire McArthur : quel impact psychologique pour les proches des victimes?

Publié le

Dessin de cour montrant un homme aux cheveux blancs devant un juge
Bruce McArthur a plaidé coupable en cour le 29 janvier à huit chefs d'accusation de meurtre prémédité.   Photo : CBC/Pam Davies

Les réactions émotionnelles sont plus intenses quand le traumatisme implique une violence interpersonnelle. C'est le constat de Dre Katy Kamkar, la psychologue au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH). Elle commentait l'impact des audiences de détermination de la peine du meurtrier en série Bruce McArthur.

L’homme de 67 ans a plaidé coupable à huit chefs d'accusation de meurtre prémédité.

Les victimes sont, pour la plupart, des hommes gais qui avaient disparu entre 2010 et 2017.

Les personnes qui assistent à ces audiences peuvent souffrir de stress post-traumatique, selon la Dre Kamkar.

Lundi 4 février, la Couronne a d’ailleurs fait un avertissement au public dans la salle d’audience en disant que ce qui allait être dit pourrait avoir un impact sur leur bien-être. Elle demandait aux personnes présentes dans la salle d'y penser avant de rester.

Quand on est exposé constamment, d’une manière répétitive, à ces documents, à ces vidéos [...] ça peut vraiment affecter notre sommeil, notre concentration et notre bien-être.

Dre Katy Kamkar, psychologue au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH)
Dre Katy Kamkar, psychologue au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH).
Dre Katy Kamkar, psychologue au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH). Photo : Radio-Canada

La psychologue a étudié le syndrome de choc post-traumatique chez des membres de jury.

Elle explique que ce sont des moments difficiles pour les familles des victimes, mais aussi pour les avocats et les journalistes aux prises avec les détails scabreux lors de ces audiences de détermination de la peine du meurtrier.

Chargement en cours