Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marjorie April
Audio fil du mercredi 28 novembre 2018

La résistance francophone : « une image forte et un message clair »

Publié le

Winy Bernard, présidente-fondatrice de l'agence Deux Creative
Winy Bernard, présidente-fondatrice de l'agence Deux Creative   Photo : Erin Leydon

CHRONIQUE | Près de deux semaines après le « jeudi noir », le mouvement de résistance de la francophonie se poursuit sur les médias sociaux. Pour Winy Bernard de l'agence Deux Creative, l'image véhiculée par l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) est rassembleuse et claire, mais elle aurait pu mettre en valeur davantage la diversité.

Une image forte

Pour Winy Bernard, les illustrations de l’artiste engagé Marc-Keelan Bishop sont particulièrement réussies. Selon elle, les images des poings en l’air se démarquent par leur caractère rassembleur et multiculturel.

Dessin montrant des poings levés en avant du drapeau franco-ontarien.
L’AFO demande à ses membres et à tous les francophones de se mobiliser, en vue d’une grande campagne dont les détails restent à venir.   Photo : marckeelanbishop.com

Un message clair, mais un bémol

Winy Bernard croit que le positionnement du mouvement de résistance de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) est clair. Il rappelle le rôle historique des Franco-Ontariens et les droits des francophones de la province.

L’AFO a réussi à atteindre une partie de la population.

Winy Bernard affirme cependant que l’AFO aurait pu mettre en valeur davantage la diversité de la communauté franco-ontarienne. De plus, elle considère que le centre sud de l’Ontario, là où la population francophone est croissante, est sous-représenté dans les efforts de mobilisation.

Il y a plus de 600 000 Franco-Ontariens. Uniquement 18 000 d’entre eux ont signé la pétition de la Résistance de l’AFO, ce qui représente 3 % de la population. Winy Bernard croit donc qu’il est plus difficile d’interpeller les francophones qui sont moins actifs au sein de la communauté.

Selon Winy Bernard, l’élan de solidarité se poursuivra après les manifestations du 1er décembre. Elle affirme cependant que l’AFO devra adapter son message pour interpeller davantage les communautés culturelles, le secteur privé et les jeunes qui ne sont pas membres d’associations jeunesse francophones.

Il faut aller plus loin ! On est 600 000. Il faut aller chercher les 600 000, croit-elle

Chargement en cours