Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marjorie April
Audio fil du vendredi 18 mai 2018

Tournée des musées de l'Ontario : La Galerie d'art Kitchener-Waterloo

Publié le

Grande salle avec de grosses écritures sur les murs, des fragments de papiers. Au sol, quelques vieux vêtements regroupés en deux tas.
L’exposition « How to be 57 » de Lucie Chan, Galerie d’art de Kitchener-Waterloo   Photo : Avec l'aimable autorisation de la Galerie d’art de Kitchener-Waterloo

La Galerie d'art Kitchener-Waterloo (KWAG) est une galerie publique qui met l'accent sur l'art contemporain. Elle collecte, préserve et expose des œuvres d'arts visuels. Son objectif est de mettre en relation les personnes et les idées à travers l'art.

L’histoire de la galerie

Les balbutiements de la Galerie d’art de Kitchener-Waterloo ont commencé en 1956 dans un endroit inusité.

C’était un hangar à vélos qui a servi de première maison de la galerie.

Qu’à cela ne tienne, la première exposition de cette humble galerie mettait en vedette les œuvres de l'artiste canadien Tom Thomson du Groupe des sept.

Moins d’une décennie plus tard, la galerie prend assez d’ampleur pour occuper 9 000 pieds carrés de superficie dans une église.

C’était l'endroit parfait à l’époque pour conserver et préserver les 400 oeuvres qui composaient déjà la collection permanente.

15 ans plus tard, en 1980, la Galerie d’art de Kitchener-Waterloo déménage dans son emplacement actuel dans le Center in the Square.

La plus ancienne et la plus importante galerie d'art publique de la région de Waterloo

Avec détermination et dévouement, les fondateurs ont concrétisé leur rêve. La galerie est devenue un trésor public. Aujourd’hui, 4 000 oeuvres sont préservées.

Un couloir de la galerie avec des tableaux sur les murs
L'intérieur de la Galerie d'art de Kitchener-Waterloo   Photo : Avec l'aimable autorisation de la Galerie d’art de Kitchener-Waterloo

En 60 ans, la Galerie d’art de Kitchener-Waterloo est passée d'une petite organisation bénévole locale à une force majeure dans le monde de l'art canadien. Et rien ne devrait l'arrêter!

Une implication citoyenne

Les citoyens de Kitchener Waterloo sont régulièrement invités à s’impliquer et à proposer des thèmes pour des expositions à venir. L’objectif est de mettre en valeur la collection permanente de la galerie.

Couloir de la galerie avec des tableaux sur les murs
Intérieur de la Galerie d’art de Kitchener-Waterloo   Photo : Avec l'aimable autorisation de la Galerie d’art de Kitchener-Waterloo

L’exposition How to be 57 de Lucie Chan

Le jour de mon passage, j’y ai appris la définition du mot « palimpsest ». C’est un manuscrit de parchemin que les copistes du Moyen Âge effaçaient en grattant ou lavant, pour le recouvrir ensuite d'un nouveau texte.

C’est un peu le point de départ de l’exposition de Lucie Chan qui a élu domicile à la KWAG du 23 mars au 30 juin 2018.

Cette artiste de Vancouver s’intéresse au récit des migrants, des nomades et d'autres gens constamment en mouvement.

Dessins, écritures sur papier et peintures représentant des migrants. On peut lire : « Aucun être humain n'est illégal ».
Détail de l'exposition « How to be 57 » de Lucie Chan à la Galerie d'art Kitchener-Waterloo   Photo : Avec l'aimable autorisation de la Galerie d’art de Kitchener-Waterloo

Inspirée par des conversations tenues avec des inconnus, des passants, des chauffeurs de taxi, des commerçants, etc., Lucie Chan écoute et perçoit les blessures laissées par des parcours tumultueux.

À partir d’une collecte informelle d’histoires bouleversantes, elle crée des installations immersives dans lesquels se mélangent d’une façon tordue les mots et le dessin.

C’est la façon employée pour exprimer ce qu’elle perçoit comme inégalités omniprésentes.

Le titre de l'exposition How to be 57 fait référence à deux femmes âgées de 57 ans, de classes sociales et de milieux très distincts. Ces dernières ont chacune vécu de leur côté une intervention policière illégale qui s'est terminée de façon dramatique.

Chargement en cours