•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Solidarité et bienveillance torontoise

Audio fil du jeudi 26 avril 2018
Une femme pose une fleur blanche au sol.

Une femme dépose des fleurs près d'un muret à la place Olive, qui est devenue un lieu de commémoration des victimes de la tragédie.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Lacelle

CHRONIQUE | Sonia D'Amico lance un cri du cœur après l'attaque au camion-bélier survenu sur la rue Yonge. Selon elle, les Torontois doivent prendre le temps de vivre leur deuil.

Sonia D’Amico ressent un certain malaise avec le slogan Toronto Strong. Elle admet que la ville est bien organisée et prend les mesures pour se relever après la tragédie. Mais elle ne croit pas que vivre un tel drame rend forcément meilleur.

La communauté ne peut aucunement être plus forte parce qu’on perd des gens dans un coup violent comme celui-là.

Sonia D'Amico

Pour elle, il est fondamental de prendre un peu de recul pour panser les plaies.

La chroniqueuse Sonia D'AmicoAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La chroniqueuse Sonia D'Amico

Photo : Radio-Canada / Jonathan Bouchard

Je pense qu’on peut être encore vulnérable avec tout ce qui arrive et regarder plus les gens qu’on croise et sentir un lien de communauté avec eux.

Sonia D'Amico

Sonia D'Amico croit fondamentalement dans la bienveillance et la solidarité des Torontois. C’est d’ailleurs cette camaraderie, qui, au fil des ans, lui a permis de se sentir chez elle dans sa ville d’adoption.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi